Liens d'accessibilité

Nigeria : sept personnes arrêtées pour avoir fourni des explosifs et des détonateurs aux rebelles du Delta du Niger


Des combattants du Mouvement pour l'émancipation du Delta du Niger (MEND) patrouillent dans les ruisseaux de la rivière Bonny près de l'usine de GNL dans la riche région pétrolière du delta du Niger, au Nigeria, 18 septembre 2008. epa/ GEORGE Esiri

Des combattants du Mouvement pour l'émancipation du Delta du Niger (MEND) patrouillent dans les ruisseaux de la rivière Bonny près de l'usine de GNL dans la riche région pétrolière du delta du Niger, au Nigeria, 18 septembre 2008. epa/ GEORGE Esiri

Les sept personnes ont, selon l'armée nigériane, fourni 9 tonnes d'explosifs et des détonateurs au groupe rebelle qui s'attaque aux installations pétrolières dans la région du Delta.

Elles ont été arrêtées, selon les autorités militaires nigérianes.

Les sept personnes ont, selon l'armée nigériane, fourni 9 tonnes d'explosifs et des détonateurs au groupe rebelle qui s'attaque aux installations pétrolières dans la région du Delta.

Selon le général Mohammed Monguno, conseiller pour la sécurité nationale en visite dans le Delta, une "enquête approfondie a révélé qu'environ 9.000 kg d'explosifs et 16.420 détonateurs ont été volés et revendus pour des utilisations illégales".

Sans nommer l'entreprise où ils étaient employés, l'officier supérieur a indiqué que "les responsables - le manager du hangar, un complice et cinq agents de sécurité - ont été arrêtés".

"Nos services ont découvert que les engins explosifs improvisés (EID) utilisés dans les attaques étaient développés à partir de certains produits à base de nitrate, utilisés pour la fabrication d'engrais", a poursuivi le général lors d'une rencontre avec des représentants d'entreprises chimiques du Delta.

Depuis le mois de février, les militants séparatistes nigérians des Vengeurs du Delta du Niger (NDA) ont revendiqué une série d'attaques d'infrastructures pétrolières dans le sud du Nigeria, premier producteur de pétrole d'Afrique.

Leurs attaques ont visé tant les installations de la compagnie nationale nigériane NNPC que celles appartenant aux grands groupes pétroliers internationaux comme Shell, Chevron, Exxon ou encore Eni. Elles ont entraîné une forte réduction de la production pétrolière du pays, déjà frappé par la chute des cours du brut, qui contribue à 70% des revenus de l'État.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG