Liens d'accessibilité

RDC: la guerre des mots se poursuit entre Kinshasa et le M23


Bertrand Bisimwa (7 mars 2013)

Bertrand Bisimwa (7 mars 2013)

Les rebelles disent craindre une attaque imminente de l'armée congolaise malgré l'aval des deux camps pour une reprise des pourparlers à Kampala.

La guerre des mots entre la rébellion du M23 et Kinshasa continue de plus belle.

Le groupe armé accuse le gouvernement de ne pas vouloir négocier pour une sortie de crise dans l’est de la RDC.

Les deux camps ont accepté de reprendre les pourparlers de paix dans la capitale ougandaise mais dans une lettre adressée a l'Envoyée spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la région des Grands Lacs, le Président du M23 Bertrand Bisimwa écrit que <l'armée congolaise et ses alliés> se préparent à une attaque imminente.

Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, a dit vendredi que le médiateur de Kampala a demandé aux deux parties de mettre en avant leurs propositions. Il a ajouté que le M23 veut revenir sur les points discutés lors du précédent dialogue pour gagner du temps.

Soutenant la thèse du règlement par la voix politique, Bertrand Bisimwa a dit à la VOA que la délégation de Kinshasa est aussitôt repartie de Kampala après avoir remis un document au médiateur ougandais. Le M23 a déjà présenté un document, a-t-il rappelé : « Nous avons déjà mis sur la table à Kampala un document, un projet d’accord. Nous n’avons pas demandé le pouvoir, nous n’avons pas demandé le départ de Kabila (…) On sait que notre population souffre. Il y a ceux qui sont partis, qui vivent en dehors du pays aujourd’hui, qui sont dans des camps de réfugiés, et qui vivent par la volonté des Ong. Donc nous voulons que cette population rentre, revienne ici, et qu’elle travaille dans son propre pays, et qu’elle puisse participer à l’essor du pays ».

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG