Liens d'accessibilité

RDC : tolérance zéro pour la violence, a averti le nouveau commandant de la MONUSCO


Un blindé de la MONUSCO à Rutshuru (Archives)

Un blindé de la MONUSCO à Rutshuru (Archives)

Le nouveau commandant de la Mission de l’ONU pour la stabilisation en RDC (MONUSCO), le général brésilien Carlo Alberto dos Santos Cruz, a effectué sa première visite officielle à Goma, la capitale du Nord-Kivu, dans l’est de la RDC. « Nous n'acceptons pas les crimes, les attaques contre les populations ou contre les Nations unies et nous allons utiliser tous les moyens » pour y mettre un terme, a-t-il déclaré en présence du chef de la mission onusienne en RDC, Roger Meece, qui a par ailleurs annoncé officiellement sa retraite.

« Il n'y aura aucune tolérance pour des crimes comme les meurtres, les viols, le pillage, le recrutement forcé », a ajouté le général Cruz, rappelant que la priorité est la protection des civils.

Des déplacés de Mubimbi, dans le Sud-Kivu

Des déplacés de Mubimbi, dans le Sud-Kivu

La Monusco, présente en RDC depuis 15 ans, est la plus importante mission de maintien de la paix de l'ONU avec quelques 17.000 soldats. Elle a été renforcée récemment par une brigade d'intervention de quelque 3.000 hommes qui a commencé à se déployer à Goma et est chargée de combattre les groupes armés actifs dans l'est de la RDC, notamment le mouvement rebelle M23. Les premiers éléments sont arrivés à Goma en mai. La brigade sera en pleine capacité fin juillet.

Dans une interview accordée à la VOA, le porte-parole militaire de la Monusco, le Colonel Felix Prosper Basse, a évoqué l’utilisation « d’autres moyens additionnels, comme le déploiement très prochain des aéronefs sans pilote » pour expliquer : « nous devons avoir une approche holistique dans tout ce qui se fait aujourd’hui au niveau de l’Est de la République démocratique du Congo. »

XS
SM
MD
LG