Liens d'accessibilité

La Chine va participer à un exercice naval sous commandement américain


Un navire de ravitaillement de l’Armée populaire de libération chinoise (PLA), à gauche, navigue près d’un navire-hôpital de Navy au port de Hickam avant de participer à un exercice militaire multinational, à Honolulu, Hawaï, 24 juin 2014.

Un navire de ravitaillement de l’Armée populaire de libération chinoise (PLA), à gauche, navigue près d’un navire-hôpital de Navy au port de Hickam avant de participer à un exercice militaire multinational, à Honolulu, Hawaï, 24 juin 2014.

La participation de la Chine à cet exercice se fera malgré les tensions entre Pékin et Washington autour des revendications chinoises en mer de Chine méridionale.

L'armée chinoise avait déjà participé pour la première fois en 2014 à "Rimpac", le plus grand exercice naval international qui associe tous les deux ans dans le Pacifique une vingtaine de pays, sous commandement américain.

Mais alors que Pékin affirme avec davantage de force ses revendications territoriales en mer de Chine méridionale, les Etats-Unis avaient déclaré en mars "ré-examiner" la participation chinoise au "Rimpac" de cette année, qui se déroulera en juin et juillet au large de Hawaï.

"La marine de l'Armée populaire de libération va participer à un exercice, le plus important que nous réalisons, dans les mois à venir", a déclaré à la presse le vice-amiral Joseph Aucoin, commandant de la 7e flotte américaine.

M. Aucoin s'exprimait après l'arrivée de son navire amiral l'USS Blue Ridge à Shanghai (est), quelques jours après le refus par la Chine qu'un porte-avions américain fasse escale à Hong Kong (sud).

Le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter avait déclaré en avril que la Chine était toujours invitée au Rimpac.

Cet exercice est "un moyen de mieux se connaître, de travailler ensemble de façon plus étroite, de manière à ce que nous puissions nous soutenir, dans des domaines comme l'aide humanitaire ou les secours en cas de catastrophe", a estimé vendredi Joseph Aucoin.

Pékin mènera prochainement en mer de Chine méridionale ses propres exercices annuels de combat, avaient annoncé les médias d'Etat chinois.

La Chine a construit au cours des dernières années dans la région des îles artificielles, notamment sur des récifs, afin d'appuyer ses revendications de souveraineté.

En réaction, Washington a envoyé des navires de guerre Croiser à proximité d'îles contrôlées par l'armée chinoise, assurant ainsi défendre la "liberté de navigation".

Ce renforcement de la présence américaine n'accentue pas les tensions dans la région, a jugé le vice-amiral Aucoin, mais a pour but de garantir l'accès aux voies maritimes.

"Nous naviguons, survolons et opérons dans les eaux internationales", a-t-il déclaré. "Nous faisons cela pour contester les revendications maritimes excessives."

Avec AFP

XS
SM
MD
LG