Liens d'accessibilité

L'armée congolaise tue cinq militaires burundais qui avaient pénétré sur son sol


Des militaires des Forces armées de la RDC déployés dans la région de Beni où les rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) perpètrent régulièrement des attaques à l'arme blanche, tuant des civils, à Beni, Nord-Kivu, RDC, 6 juin 2016. VOA/

L'armée congolaise a tué dans la nuit de mercredi à jeudi cinq soldats burundais dont le contingent avait pénétré en territoire de République démocratique du Congo, dans l'est du pays, a annoncé vendredi un porte-parole local de l'armée de la RDC.

Selon le major Dieudonné Kajibwami, "les affrontements ont commencé quand les militaires burundais qui pourchassaient les rebelles burundais des FNL (Forces nationales de libération, une milice rebelle hutu, ndlr) sont entrés jusque sur le sol congolais à Kiliba en passant par la frontière de Vugizo".

"C'est ce débordement jusqu'au-delà de leur frontière qui a poussé les FARDC (Forces armées de la RDC) à les attaquer, faisant cinq morts côté burundais et aucune perte côté FARDC", a-t-il ajouté.

Leurs corps ont été transportés dans la ville voisine d'Uvira, a-t-il précisé.

Sollicitée par l'AFP, l'armée burundaise n'était pas joignable vendredi après-midi.

Situé sur la rive nord du Lac Tanganyika, Vugizo est un poste-frontière qui sépare la localité burundaise de Gatumba, proche de la capitale Bujumbura, de celle congolaise de Kiliba, située à une centaine de kilomètres au sud de Bukavu, la capitale du Sud-Kivu.

Les FNL, milice hutu burundaise hostile au gouvernement de Bujumbura, ont trouvé refuge de longue date dans le Sud-Kivu, province de l'est de la RDC frontalière du Burundi.

XS
SM
MD
LG