Liens d'accessibilité

Les jeunes des Grands Lacs se réunissent à Bukavu pour prôner la paix


Les jeunes ont remis une colombe au maire de ville de Bukavu pour traduire leur désir de la paix durable dans les pays des grands lacs, le 10 décembre 2016. (VOA/Ernest Muhero)

Les jeunes ont remis une colombe au maire de ville de Bukavu pour traduire leur désir de la paix durable dans les pays des grands lacs, le 10 décembre 2016. (VOA/Ernest Muhero)

Près d’une centaine des jeunes venus de Cyangugu au Rwanda, Bujumbura au Burundi , Uvira et Bukavu en RDC séjournent à Bukavu dans un camp pour la paix baptisé "peace camping".

Ce camp est organisé par la commission diocésaine Justice et paix de Bukavu (CDJP) en vue de rapprocher les jeunes universitaires de la sous-région, favoriser leur implication dans la consolidation de la paix et faire d’eux le relais des messages et actions de paix et de cohabitation pacifique dans leurs communautés respectives.

"La sous-région des grands lacs connaît des problèmes de gouvernance ; d’organisation d’élections crédibles, du chômage des jeunes et autres conflits identitaires, il était important que les universitaires prennent conscience de cela, s’engagent volontairement à œuvrer pour la paix et le développement de la région en rejetant les préjugés ethniques, les antivaleurs et particulièrement les manipulations politicienne et identitaire en cette période", a déclaré Théodore Bahimba, point focal du programme Peace Building au sein de la CDJP.

Au site du camping de Bandari, en commune de Kadutu, les jeunes ont échangé sur les opportunités et forces de leur unité sur les jeunes habitants des grands lacs.

Les délégations des jeunes du camping postent devant l’hôtel de ville de Bukavu, le 10 décembre 2016 (VOA/Ernest Muhero)

Les délégations des jeunes du camping postent devant l’hôtel de ville de Bukavu, le 10 décembre 2016 (VOA/Ernest Muhero)

En invitant les décideurs du Rwanda, du Burundi et de la RDC, l'idée était de promouvoir l’entreprenariat des jeunes comme alternative au chômage.

"L’information et la formation, que nous recevons, peuvent nous amener à nous mettre à l’écart de la manipulation politique parce que aujourd’hui, il est plus facile de nous amener à manifester dans la rue simplement parce que telle personnalité l’a demandé. Nous jeunes, on crée à travers ce camp notre pont pour nous unir dans la région. Que nos autorités face de même et comprennent que l’avenir de la sous-région dépend de l’entente entre nos trois pays", affirme Johanna Kashemwa, une étudiante en relation internationale de Bukavu.

En plus des échanges d’expériences, les jeunes ont installé le 10 décembre quelques poubelles publiques à Bukavu et planté des plantules d’arbre pour manifester leur engagement pour la protection de l’environnement.

Ils ont transmis leur volonté de vivre dans une région pacifiée à travers une colombe de paix, remise au maire de la ville de Bukavu, Philemon Yogolelo, en sa qualité de président de la plateforme des autorités locales de la sous-région des grands lacs.

Jeanne d’Arc Nyiramwira, étudiante en provenance de Cyangugu au Rwanda, salue l’hospitalité congolaise et estime que ce rapprochement a permis de rompre les préjugés des uns sur les autres à travers les travaux communautaires effectués ensemble où chacun a compris que l’autre lui est complémentaire.

"Lorsqu’on est unis avec un même objectif, nous pouvons changer la donne et contribuer à la résolution des problèmes d’insécurités dans la sous-région. Le plus important maintenant pour nous, c’est de nous engager dans l’entreprenariat pour réduire le chômage qui nous rend vulnérables", conclut-elle.

Habiyakare Viateur, un jeune venu de Bujumbura, invite tout le monde à se réveiller dans le contexte de l'élection. Il encourage les jeunes à se méfier des manipulations et exige des élections crédibles.

Du 9 au 11 décembre 2016, ces jeunes ont pris conscience de leur responsabilité face aux maux que traverse la sous-région. Ils réfléchissent sur comment contribuer à une meilleure cohésion sociale dans le grands lacs africains en appelant les décideurs et bailleurs de fonds à investir dans l’entreprenariat des jeunes.

Ernest Muhero, correspondant à Bukavu

XS
SM
MD
LG