Liens d'accessibilité

Au Gabon, le déficit énergétique frappe de plein fouet les ménages


Une vue générale de la capitale du Gabon, Libreville, le 29 janvier 2012.

Une vue générale de la capitale du Gabon, Libreville, le 29 janvier 2012.

Les délestages électriques incessants plongent les habitants de Libreville dans le noir, parfois plusieurs heures par jour.

Cette crise énergétique pousse des nombreux foyers à recourir à des lampes solaires pour s’éclairer... Un système d'éclairage bon marché qui est en plein essor dans la capitale gabonaise.

Reportage à Libreville de Jean-Rovys Dabany pour VOA Afrique :

A Libreville, la capitale gabonaise, les coupures d’électricité sont intempestives. Pour éclairer son restaurant, Dorine, une restauratrice, n’a pas de choix : elle a besoin de lumière. Pour y remédier, la jeune femme a investi dans des lampes solaires.

"Depuis que je l'ai, pour le rapport qualité/prix, c'est formidable et ma facture de courant a baissé de moitié", explique-t-elle.

La fréquence des délestages électriques au Gabon et le déficit d’énergie provoquent plusieurs coupures par jour. Dans les rues comme dans les boutiques, les lampes solaires sont devenues omniprésentes et se vendent entre 6 000 et 15 000 FCFA.

Dominique Balle, une jeune ingénieur de 31 ans a fondé Gab By Light, une unité d’assemblage gabonaise qui s’est ouverte il y a un an en important des matériaux de France et de Chine.

L’entreprise produit déjà une centaine de lampes par jour avec un seul crédo : les lampes pour toutes les bourses.

"Je veux fournir ses populations à moindre coût des dispositif portatif", décrit-elle.

Gab By Light a l’ambition pharaonique d’électrifier les bidonvilles et les bourgades du pays.

Le défi énergétique est de taille au Gabon. Le gouvernement vient de construire un barrage hydroélectrique de 160 MW au sud-est du pays.

En attendant, l’énergie solaire reste une lueur dans la nuit gabonaise même d’autres villes s’y sont mises.

XS
SM
MD
LG