Liens d'accessibilité

Une fourniture électrique défaillante du Nigeria entraîne des coupures à Niamey


Niamey, la capitale du Niger est soumise depuis des semaines à des coupures répétées d'électricité, en raison de la forte canicule et surtout des ruptures récurrentes dans la fourniture du courant électrique à partir du Nigeria voisin, a appris jeudi l'AFP auprès des autorités.

Selon la société nigérienne d'électricité (Nigelec, publique), le problème a principalement pour origine la faible fourniture du courant depuis le Nigeria voisin, lui-même confronté à un problème de disponibilité du gaz et du manque d'eau pour alimenter les barrages qui produisent l'électricité.

Le Nigeria fournit plus de 80% de l'électricité au Niger.

"Ces coupures sont (aussi) dues cette année à une chaleur particulièrement intense", a expliqué Alhassane Halid, le patron de la Nigelec.

La demande a atteint "140 mégawatts," dépassant "largement" les "prévisions de 125 mégawatts" de la Nigelec, a-t-il relevé. La société tente d'alimenter la ville nigérienne de Niamey grâce à ses propres turbines avec "une "priorité" pour les secteurs "sensibles" comme "les hôpitaux et casernes militaires", a-t-il précisé.

Le reste de la ville aux quelque 1,5 million d'habitants, est soumis à des délestages. Des coupures répétées pouvant durer des heures, voire toute la journée, sont observées de jour comme de nuit à Niamey et sa périphérie, a constaté un journaliste de l'AFP.

Ces délestages perturbent gravement le système de distribution d'eau potable, qui vient à manquer dans les foyers.

Un fût de 120 litres d'eau potable qui se vendait "en temps normal à 350 FCFA" se négocie "jusqu'à 1.000 FCFA", a dénoncé un résident de Lazaret, un quartier populaire.

Faute de courant, des télévisions locales sont contraintes d'arrêter de diffuser leurs émissions plus tôt que prévu.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG