Liens d'accessibilité

Expulsion du Maroc de juristes européens soutenant des prisonniers sahraouis


Femmes sahraouies dans le camp de Tindouf le 4 mars 2016. (Reuters/Zohra Bensemra)

Femmes sahraouies dans le camp de Tindouf le 4 mars 2016. (Reuters/Zohra Bensemra)

Un groupe de juristes européens, qui soutiennent des détenus sahraouis au Maroc, ont été interpellés mercredi avant d'être expulsés du royaume chérifien pour trouble à l'ordre public, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

Les autorités de la région de Rabat ont annoncé l'expulsion de huit étrangers de nationalités française, belge et espagnole, dans un communiqué diffusé par l'agence MAP.

"Les concernés représentant le soi-disant collectif international des avocats en soutien aux détenus (du camp) de Gdeim Izik sont entrés au Maroc pour semer le trouble et porter atteinte à l'ordre public", a ajouté la wilaya de la région de Rabat-Sale-Kenitra dans ce communiqué.

A Paris, le ministère des Affaires étrangères a confirmé que deux Français de ce groupe avaient "fait l'objet d'une procédure d'expulsion et regagné la France" jeudi matin.

Ce collectif devait animer jeudi une conférence de presse "pour dénoncer l'injustice subie par les détenus sahraouis", selon un communiqué de Me Joseph Breham, membre du comité et avocat à Paris.

Parmi les juristes concernés figurent l'avocate française Me Ingrid Metton, le professeur de droit international belge, Eric David, le magistrat espagnol Jesus Maria Martin Morillo, ainsi que les avocats espagnols Maria Nieves Cubas Armas, Juan Carlos Gomez Justo et Altamira Guelbenzu Gonzalo.

"Les autorités marocaines considèrent que le strict exercice des droits de la défense constitue une atteinte à l'ordre public, cela signe la dérive sécuritaire du royaume du Maroc", a estimé Me Joseph Breham auprès de l'AFP.

Me Ingrid Metton se rendait à Rabat afin de pouvoir défendre Namaa Asfari qui observait une grève de la faim depuis 36 jours "pour protester contre la torture infligée par l'appareil sécuritaire marocain et contre les conditions indignes de sa détention", selon le communiqué de Me Breham.

Dans un communiqué, l'administration pénitentiaire marocaine a affirmé que "la prétendue grève de la faim menée par ces prisonniers (...) n'existe pas. Nous démentons catégoriquement ces allégations".

"Le suivi quotidien du médecin de la prison prouve que leur état est stable", a-t-elle ajouté, pointant "une tentative de manipulation".

Le ministère des Affaires étrangères espagnol a de son côté "demandé officiellement des explications à l'ambassade du Maroc à Madrid et a transmis formellement (son) inquiétude au sujet des garanties accordées aux personnes concernées lors de la mise en oeuvre de cette expulsion administrative", selon une source diplomatique. Le consul général espagnol à Rabat a pu rencontrer les avocats espagnols, selon cette source.

Le Maroc propose depuis 2007 un plan d'autonomie pour le Sahara occidental. Les indépendantistes du Polisario, soutenus par l'Algérie, réclament eux un référendum d'autodétermination.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG