Liens d'accessibilité

Cinq militaires congolais et un casque bleu blessés dans une opération contre les rebelles ougandais


Des militaires des Forces armées de la RDC déployés dans la région de Beni où les rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) perpètrent régulièrement des attaques à l'arme blanche, tuant des civils, à Beni, Nord-Kivu, RDC, 6 juin 2016. VOA/Charly Kasereka

Des militaires des Forces armées de la RDC déployés dans la région de Beni où les rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) perpètrent régulièrement des attaques à l'arme blanche, tuant des civils, à Beni, Nord-Kivu, RDC, 6 juin 2016. VOA/Charly Kasereka

Les six soldats ont été "blessés" lundi dans la région de Beni lors "des contacts et des échanges de tirs [avec] les rebelles des ADF"(Forces démocratiques alliées), a déclaré à Kinshasa, Mamadou Diallo, chef-adjoint de la Mission de l'ONU en RDC (Monusco).

"Nous avons dépêché une unité d'hélicoptères" mais "quand ils ont voulu atterrir pour récupérer les blessés, ces hélicoptères ont essuyé des tirs par des forces inconnues" et "ont rebroussé chemin", a-t-il expliqué.

Mardi soir, la Monusco n'était pas en mesure de donner le sort des six soldats blessés, ni la nationalité du Casque bleu.

La ville et le territoire de Beni, dans le nord de la province du Nord-Kivu, ont été endeuillés depuis octobre 2014 par une série de massacres ayant coûté la vie à plus de 600 civils. Le gouvernement congolais et la Monusco accusent les ADF d'être responsables de ces tueries.

Une version remise en cause par un récent rapport du Groupe d'étude sur le Congo de l'Université de New York, selon lequel les ADF portent effectivement une part très importante de responsabilité dans ces massacres, mais au côté d'autres éléments armés, parmi lesquels des soldats de l'armée régulière.

Rebelles musulmans ougandais opposés au président Yoweri Museveni (de l'Ouganda), les ADF sont présents dans l'est de la RDC depuis 1995.

En dépit des efforts de stabilisation déployés par la communauté internationale et les autorités congolaises, cette région reste déchirée par la violence depuis la fin de la deuxième guerre du Congo (1998-2003).

Avec AFP

XS
SM
MD
LG