Liens d'accessibilité

Quatorze personnes tuées en une nuit dans plusieurs localités dans l'Est de la RDC


Des femmes déplacées dans lun des camps à Oicha, Nord-Kivu, VOA/Charly Kasereka

Des femmes déplacées dans lun des camps à Oicha, Nord-Kivu, VOA/Charly Kasereka

Quatorze personnes ont été tuées dans la nuit de dimanche à lundi dans plusieurs localités de l'est de la République démocratique du Congo dans des attaques attribuées à des groupes armés congolais et étrangers, ont déclaré l'armée et des responsables locaux.

"Dans la nuit, nous avons enregistré de [nombreuses] attaques" contre la population civile et contre des positions des forces gouvernementales, a déclaré à l'AFP le capitaine Guillaume Ndjike, un porte-parole de l'armée dans la province du Nord-Kivu.

L'officier a attribué ces attaques aux Maï-Maï, des milices locales d'autodéfense, souvent constituées selon des critères ethniques, et aux rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR).

"A Kahunga, l'armée a perdu un élément et un civil a été tué, à Kashalira quatre civils ont été tués par balle et à la machette, comme les sept autres civils tués à Kibirizi", a détaillé l'officier. Il confirmait ainsi une information donnée un peu auparavant par un responsable local sur la mort de sept civils, tués par les FDLR à Kibirizi, à 85 km au nord-ouest de Goma.

"Un jeune Hutu a été tué par balle" par des Maï-Maï à Buleusa, a ajouté de son côté Roger Bihango, délégué du gouverneur du Nord-Kivu dans cette cité.

Les localités de Kahunga, Kashalira et Kibirizi sont situées dans le territoire de Rutshuru, tandis que celle de Buleusa se trouve dans le territoire de Walikale.

Les FDLR sont très actifs dans ces deux territoires du sud de la province du Nord-Kivu.

Selon la capitaine Ndjike, environ 150 maisons ont également été incendiées lors de ces attaques qui ont eu lieu quelques heures après le départ du président congolais Joseph Kabila qui séjournait dans la région depuis mercredi.

Les FDLR ont été créées par des Hutu rwandais réfugiés dans l'est de la RDC après le génocide des Tutsi au Rwanda de 1994.

Les fondateurs de ce mouvement, ainsi qu'un certain nombre de ses plus anciens combattants, sont recherchés par la justice internationale qui les accuse d'avoir pris une part active au génocide.

Disséminés essentiellement au Nord et au Sud-Kivu, les FDLR n'ont pas mené d'action militaire d'envergure au Rwanda depuis 2001 et sont régulièrement accusés de commettre des atrocités contre les civils dans les zones sous leur contrôle.

La partie orientale de la RDC est déchirée depuis plus de 20 ans par des conflits armés alimentés par des différends ethniques et fonciers, la concurrence pour le contrôle des ressources minières et des rivalités entre puissances régionales.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG