Liens d'accessibilité

Cynthia McKinney dément avoir été engagée par Kinshasa


L'ancienne parlementaire américaine Cynthia McKinney, 30 décembre 2008.

L’ex-élue du Congrès américain réagit sur son site internet et sur les réseaux sociaux au lendemain de l’annonce du porte-parole du gouvernement congolais selon laquelle elle aurait été engagée pour faire du lobbying en faveur du régime de Joseph Kabila aux Etats-Unis et contrecarrer la campagne menée par l’opposant Moise Katumbi pour le départ du pouvoir du président congolais au 19 décembre comme le prévoit la Constitution.

"Je rassure tous les Congolais sur le fait que je n’ai touché aucun centime du gouvernement de Kinshasa et que je n’ai jamais touché un centime pour tout ce que j’ai fait jusqu’ici pour la République Démocratique du Congo. Je vais soumettre cette affaire à mon avocat pour savoir quelle suite lui donner", écrit l’ex-Congresswoman.

Le gouvernement congolais "a engagé l'ancienne parlementaire Cynthia McKinney pour améliorer l'image de marque du pays, écornée et malmenée par [l'opposant Moïse] Katumbi et l'administration Obama", avait déclaré la veille à l'AFP Lambert Mende, porte-parole du gouvernement congolais.

"Katumbi paie des millions pour salir l'image du pays aux USA, nous avons négocié avec elle à Paris en octobre dernier, un prix du tiers-monde [de] quelques centaines de milliers de dollars, en vue de renverser cette tendance", avait ajouté M. Mende.

En réaction, Mme McKinney se déclare "surprise d’apprendre, dans un document diffusé sur internet et visant manifestement à nuire à ma réputation, que j’étais prête à faire du lobbying en faveur du gouvernement congolais alors que je n’ai jamais eu d’atomes crochus avec le régime de Kinshasa".

"Je ne peux pas tolérer que mon nom soit associé à des basses manœuvres politiciennes qui visent à défendre le régime de Kinshasa ou à spolier le peuple congolais qui souffre depuis plus de soixante ans de violence et d’injustice", soutient-elle, rappelant qu’elle a toujours combattu pour que la vérité sur l’assassinat de Emery Patrice Lumumba, le premier Premier ministre démocratiquement élu en RDC, et sur celui de Laurent-Désiré Kabila, ancien président de la RDC, soit connue.

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG