Liens d'accessibilité

Arrestation d'un millionnaire soupçonné d'avoir vendu des armes au Soudan du Sud


L'homme qui se faisait passer pour un diplomate de Guinée-Bissau et menait grand train, entouré de strictes mesures de sécurité, dirigeait un groupe de sociétés avec des liens en Allemagne, en Belgique, en France et au Royaume-Uni, dont les maisons-mères étaient basées dans des paradis fiscaux.

Un millionnaire polonais résidant sur l'île espagnole d'Ibiza (est) et soupçonné d'avoir fourni des armes lourdes au Soudan du Sud a été arrêté mardi, a annoncé samedi la police espagnole.

C'est à travers ces sociétés que cet ancien militaire, dont l'identité n'a pas été révélée, se serait procuré des armes sur le marché noir, notamment en Europe de l'est, a précisé à l'AFP un porte-parole de la police.

Selon la police, une société polonaise appartenant à cet ancien militaire aurait joué les intermédiaires dans la négociation et la vente de plus de 200.000 fusils AK-47, des lance-missiles et de chars au Soudan du Sud (Afrique centrale).

Une guerre civile dans ce pays indépendant depuis juillet 2011 a fait des dizaines de milliers de morts entre fin 2013 et 2015. Et les affrontements y restent fréquents.

L'homme aux nombreux contacts internationaux aurait même emprunté l'avion présidentiel de la Gambie pour l'un de ses déplacements sur place, selon la police.

A Ibiza, il se faisait passer pour conseiller économique du Premier ministre de Guinée-Bissau, petit pays d'Afrique de l'ouest, dont il possédait un faux passeport diplomatique, et avait installé à l'entrée de son domicile une plaque faisant passer pour un territoire consulaire sa luxueuse villa avec vue sur la baie.

Les policiers enquêtaient sur ce trafiquant depuis 2012.

Arrêté avec huit autres personnes, également membres de l'organisation criminelle dont il était le chef, il se consacrait aussi selon la police à l'extorsion, menaçant des entrepreneurs espagnols pour qu'ils lui paient des "dettes" pouvant atteindre plusieurs millions d'euros.

Soupçonné de trafic d'armes il a été déféré au parquet, a ajouté un porte-parole de la police sans être en mesure de préciser s'il avait été maintenu en détention.

Plusieurs appartements d'Ibiza et des entreprises en Allemagne et en Suisse ont été perquisitionnés dans cette affaire avec l'aide d'Europol, selon le communiqué de la police espagnole. Des voitures de luxe ont également été saisies.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG