Liens d'accessibilité

Affrontements entre groupes armés dans le centre de la Centrafrique


Le candidat à l'élection présidentielle Karim Meckassoua lors d'un rassemblement à Birao, où les rebelles ex-séléka contrôlent une partie du territoire, le 24 décembre 2015. (Katarina Höije/VOA)

Le candidat à l'élection présidentielle Karim Meckassoua lors d'un rassemblement à Birao, où les rebelles ex-séléka contrôlent une partie du territoire, le 24 décembre 2015. (Katarina Höije/VOA)

La ville de Bria au centre-est de la RCA est sous tension depuis 48 heures. Deux groupes armés rivaux, UPC et FPRC s’affrontent violemment au centre de la ville. Aucun bilan n’est encore disponible, mais des sources parlent de dizaines de morts et des milliers de déplacés.

La Minusca "appelle à la fin immédiate des affrontements qui ont éclaté lundi à Bria, entre les éléments armés du FPRC (faction dirigée par Noureddine Adam) et de l'UPC (faction dirigée par Ali Ndarass), soulignant que les deux groupes seront tenus pour responsables des violences, en particulier sur les populations civiles", indique le communiqué, sans fournir de bilan de ces violences.

"La base de la Minusca a été la cible de tirs de la part d'éléments du FPRC avant que les Casques bleus ne ripostent et ne les expulsent de la zone. Par ailleurs, un Casque bleu a été légèrement blessé sur un autre terrain", ajoute le texte sans autre précision.

La Centrafrique peine à se relever du chaos de la guerre civile provoquée en 2013 par le renversement de l'ex-président François Bozizé par des rebelles séléka ("coalition" en sango) majoritairement musulmans, qui avait entraîné une contre-offensive des milices anti-balaka majoritairement chrétiennes.

L'intervention de la force française Sangaris, qui a pris fin le 31 octobre, et le déploiement de la Minusca ont mis fin aux massacres mais n'ont pas réussi à stabiliser la situation sécuritaire dans ce pays classé parmi les plus pauvres au monde.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG