Liens d'accessibilité

Ban Ki-moon condamne les violences à Bangui


Bangui, ville morte, le 24 octobre 2016. (VOA/Freeman Sipila)

Bangui, ville morte, le 24 octobre 2016. (VOA/Freeman Sipila)

La journée "ville morte" de lundi pour demander le retrait de la force de l'ONU, accusée de "passivité" face aux groupes armés", s'est soldée entre autres par la mort de quatre civils.

Le secrétaire général de l'ONU a condamné mardi les violences commises la veille à Bangui et a déploré les attaques contre la Mission des Nations unies en République centrafricaine, au cours desquelles cinq Casques bleus ont été blessés.

Quatre civils ont été tués et 14 personnes blessées dans des violences lundi dans la capitale de la Centrafrique, où un collectif de la société civile centrafricaine avait appelé à une journée "ville morte" pour demander le retrait de la force de l'ONU, accusée de "passivité" face aux groupes armés".

Dans un communiqué, Ban Ki-moon a "salué la détermination du gouvernement à garantir que les auteurs et les instigateurs de ces attaques soient traduits en justice".

Il a également salué l'engagement de la Minusca à enquêter et a réaffirmé que cette force de maintien de la paix "prendra toutes les mesures nécessaires (...) pour protéger les civils et pour renforcer la stabilité".

Ces actes "ne doivent pas saper le travail important de reconstruction des infrastructures du pays et de sa cohésion sociale, de promotion de la réconciliation, du redressement économique et de renforcement de l'état de droit", ajoute le communiqué.

M. Ban se dit enfin "convaincu que la prochaine conférence des donateurs à Bruxelles le 17 novembre renforcera le soutien des partenaires internationaux à ces priorités majeures".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG