Liens d'accessibilité

Un Suédois d'origine rwandaise condamné à la prison à perpétuité pour le génocide au Rwanda


Des volontaires déposent dans caveau les restes des victimes du génocide de 1994, à Murambi, est du Rwanda, 07 avril 2005. epa / RICKY GARE

Des volontaires déposent dans caveau les restes des victimes du génocide de 1994, à Murambi, est du Rwanda, 07 avril 2005. epa / RICKY GARE

Le tribunal de Stockholm a condamné Claver Berinkidi, rwandais naturalisé suédois, à la prison à perpétuité pour génocide et crimes de guerre au Rwanda au terme d’un procès qui a eu lieu après une première condamnation par contumace par un tribunal rwandais à 30 ans de prison.

La peine prononcée à Stockholm est assortie du versement de dommages et intérêts à une quinzaine de victimes rwandaises.

Le concerné, Claver Berinkidi, 61 ans, habite en Suède depuis 2002 et a été naturalisé suédois en 2012. En 2007, il avait été condamné par contumace par un tribunal rwandais à 30 ans de prison.

La justice rwandaise avait retrouvé sa trace après sa naturalisation et transmis le dossier au parquet suédois, qui a repris l'enquête.

Se fondant notamment sur les témoignages de survivants, le tribunal de Stockholm a considéré que Berinkidi avait occupé un rôle de commandement, dans le bas de la hiérarchie, et participé à cinq attaques entre avril et mai 1994, dont celle de la colline de Nyamure, où des milliers de civils ont été tués.

"Même en tenant compte du fait que le génocide s'est déroulé il y a 22 ans, ce type de crime est si grave que la peine doit être la perpétuité", a estimé le tribunal dans un communiqué.

C'est la deuxième fois qu'un Suédois d'origine rwandaise est condamné pour des crimes commis lors du génocide. Stanislas Mbanenande avait été également condamné à la perpétuité, en appel en 2014, pour son rôle de commandement à un bas niveau.

Déclenché après l'assassinat le 6 avril 1994 du président rwandais, le Hutu Juvénal Habyarimana, le génocide rwandais a fait, selon l'ONU, 800.000 morts en trois mois, essentiellement parmi la minorité tutsi.

Des Rwandais ont déjà été condamnés aux États-Unis, au Canada, en Finlande, en Norvège, aux Pays-Bas, en Suisse et en France pour leur participation aux massacres.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG