Liens d'accessibilité

Plus d'une soixantaine de morts dans un attentat des talibans à Kaboul


Des agents de santé afghans conduisent un Afghan blessé à l'hôpital après une attaque suicide revendiquée par des talibans à Kaboul, en Afghanistan, 19 avril 2016 (AP Photo / Rahmat Gul)

Des agents de santé afghans conduisent un Afghan blessé à l'hôpital après une attaque suicide revendiquée par des talibans à Kaboul, en Afghanistan, 19 avril 2016 (AP Photo / Rahmat Gul)

Il s'agit du pire attentat perpétré par les talibans cette année à Kaboul, une semaine après le début de l'"offensive de printemps" des insurgés. Au moins 64 personnes, des civils pour la plupart, ont péri et des centaines autres ont été blessées.

Le bilan de l'attentat perpétré mardi par les talibans à Kaboul a plus que doublé, passant de 30 à 64 morts, dont la plupart sont des civils, a indiqué le ministère afghan de l'Intérieur au lendemain de l'attaque qui a visé un bâtiment gouvernemental.

"Avec regret, j'annonce que 64 Afghans innocents ont été tués et 347 autres blessés dans l'attaque terroriste de mardi à Kaboul. La plupart des victimes sont des civils", a déclaré Sediq Sediqqi, porte-parole du ministère.

L'attentat suicide au camion piégé, qui visait un bâtiment gouvernemental, s'est produit à l'heure de pointe matinale où les employés se rendaient au travail. Des journalistes de l'AFP ont senti les maisons vibrer, des vitres ont volé en éclats et une colonne de fumée s'est élevée dans le ciel. Des sirènes de police et d'ambulances ont retenti dans toute la ville, plusieurs heures après l'attentat.

Selon le chef de la police de la capitale afghane, Abdul Rahman Rahimi, "un assaillant a garé un camion de chantier bourré d'explosifs sur le parking attenant au bâtiment" et l'a fait exploser. D'après lui, un second assaillant a ensuite réussi à "pénétrer dans le complexe", provoquant une intense fusillade avec les forces de l'ordre qui l'ont ensuite abattu.

"J'ai vu des blessés allongés sur la route, ils hurlaient", a raconté à l'AFP Sadiqullah, un témoin. "Nous en avons assez de ces attaques!".

Le président afghan Ashraf Ghani a condamné "dans les termes les plus forts cette attaque terroriste," qui est d'ores et déjà la plus sanglante dans la capitale afghane depuis le début de l'année.

"Utiliser des explosifs dans des zones habitées, tout en sachant parfaitement qu'ils risquent de causer d'énormes souffrances aux civils, peut constituer un crime de guerre", a réagi la mission de l'ONU en Afghanistan.

Les talibans, qui ont aussitôt revendiqué l'attaque, mènent régulièrement des attentats suicides contre les forces afghanes dans l'insurrection qu'ils mènent depuis la chute de leur régime fin 2001.

L'attentat visait un bâtiment appartenant au gouvernement afghan que le NDS, les services de renseignement, dit avoir occupé par le passé. De même source, le complexe serait aujourd'hui utilisé par la présidence.

"Attaques de grande envergure"

Les talibans ont annoncé il y a une semaine le début de leur "offensive de printemps", "l'Opération Omari", en mémoire du mollah Omar, le défunt fondateur de leur mouvement. Ils disent vouloir mener des "attaques de grande envergure" dans tout le pays, notamment contre les 13.000 soldats de l'Otan et les forces de sécurité afghanes.

Les insurgés ont ainsi lancé vendredi un assaut contre Kunduz, la grande ville du Nord, qu'ils étaient parvenus à envahir et à tenir pendant quelques jours à l'automne dernier. L'armée afghane, seule en première ligne depuis la fin de la mission de combat de l'Otan fin 2014, a toutefois réussi à repousser cette nouvelle offensive sur Kunduz.

Sans l'appui des troupes étrangères sur le terrain, les forces de sécurité ont toutes les peines du monde à contenir l'insurrection talibane, à laquelle s'ajoute depuis un peu plus d'un an la campagne des combattants du groupe Etat islamique, notamment dans l'Est afghan.

D'après l'Otan, "environ 5.500" soldats et policiers sont morts au front l'an dernier, mais les civils payent un lourd tribut aux violences. L'année 2015 a été la plus sanglante pour la population civile depuis que l'ONU a commencé en 2009 à compter le nombre d'Afghans tués ou blessés dans le conflit, avec 11.002 victimes civiles, dont 3.545 morts, l'an dernier.

Pour tenter de mettre fin au conflit, le gouvernement afghan tente de relancer les pourparlers de paix amorcés à l'été dernier, en suspens depuis l'annonce de la mort du mollah Omar.

Afghans, Pakistanais, Chinois et Américains cherchent à ramener les insurgés à la table des négociations depuis janvier, en vain. Ces derniers posent notamment le départ des troupes étrangères comme pré-condition à toute reprise du dialogue.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG