Liens d'accessibilité

Ouverture d'une enquête après l'assassinat d'un prêtre catholique à Lubumbashi, en RDC


Des policiers congolais lors d'une manifestation à Lubumbashi, dans l'ex-province du Katanga, 13 mai 2016.

Des policiers congolais lors d'une manifestation à Lubumbashi, dans l'ex-province du Katanga, 13 mai 2016.

La police affirme avoir ouvert une enquête sur l’assassinat d'un prêtre catholique par des hommes armés non autrement identifié, dans la nuit de vendredi à samedi à Lubumbashi, ville du sud-est de la République démocratique du Congo.

L'abbé Joseph Mulimbi Nguli a été assassiné "vers 22h00 [par] deux hommes armés cagoulés qui se sont introduits clandestinement" dans la parcelle familiale où il passait ses vacances, alors que le prêtre, "au volant de son véhicule faisait son entrée. Ces hommes armés lui ont logé une balle dans le ventre avant de s'enfuir", a expliqué à l'AFP Mgr Denis Moto, vicaire général de l'archidiocèse de Lubumbashi.

"Mes éléments en patrouille sont arrivés sur le lieu 8 minutes après le forfait, c'est avec l'arme de type AK 47 que ces inconnus en salopette se sont servis pour tuer l'abbé Joseph. Vu le mode opératoire, nous pensons qu'il s'agit d'un règlement de compte [mais] seule l'enquête ouverte ce matin par la police" pourra l'établir, a déclaré à l'AFP le général Bosco Galenga, chef de la police à Lubumbashi.

Mgr Moto, espère que grâce à cette enquête, "la police mettra la main sur ces criminels".

Mais "la famille (du prêtre) souhaite que l'Église catholique mène aussi ses enquêtes avant l'enterrement", a dit Anny Mulimbi, cousine de l'abbé Mulimbi, "car, dit-elle, nous savons que les enquêtes de la police restent souvent sans suite".

Âgé de 52 ans, l'abbé Mulimbi était vicaire de la paroisse saint Martin dans la commune populaire de Katuba, dans le sud-est de Lubumbashi, deuxième ville de la RDC, où l'assassinat d'un prêtre est plutôt rare.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG