Liens d'accessibilité

Ouattara appelle à un vote massif pour le "Oui"


Le président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, 14 juin 2016.

Le président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, 14 juin 2016.

Le président ivoirien a lancé samedi à Abidjan la campagne en faveur du projet de la Constitution.

Vêtu d'une chemise blanche, casquette blanche fixée sur la tête, Alassane Ouattara, a, avec à ses côté son grand allié, l'ex-président Henri Konan Bédié, mobilisé ses partisans à "voter massivement" pour le référendum du 30 octobre, en vue d'une nouvelle Constitution.

"Il faut voter cette fois-ci. La Constitution c'est la garantie, c'est une assurance-vie pour la paix, des décennies et des décennies donc je vous demande de sortir nombreux le 30 octobre pour voter massivement car c'est ainsi que nous allons garantir la paix", a lancé M. Ouattara, vêtu d'une chemise blanche, casquette blanche fixée sur la tête, à ses partisans.

"Cette Constitution est bonne pour vous", a-t-il poursuivi, invitant les Ivoiriens à la voter "au moins à 96%".

Réunis dans le plus grand stade du pays, situé au coeur du quartier des affaires du Plateau, plusieurs milliers de supporters du président ivoirien, brandissaient des affichettes avec l'inscription "Je vote Oui à la paix, à la modernité".

"Bien évidemment nous ne sommes pas personnellement d'accord avec tout ce qu'il y a dans la Constitution actuelle sur un certain nombre de dispositions. Mais c'était le compromis qui a été arrêté par la classe politique", a ajouté Alassane Ouattara, appelant ses partisans à lui "faire confiance".

"Allez partout et comme à l'accoutumée ramenez-nous un score sans appel qui soit la preuve de notre adhésion totale à la 3ème République", a déclaré de son côté M. Bédié.

Selon le président, qui avait promis un nouvelle Constitution lors de sa réélection en 2015 pour un deuxième mandat courant jusqu'en 2020, le texte va permettre de "tourner définitivement la page des crises successives" qui ont secoué le pays pendant une décennie.

Selon le pouvoir, la nouvelle Constitution évacue le concept d'"ivoirité" en clarifiant les conditions d'éligibilité du président. Ses détracteurs avaient reproché à Ouattara son "origine burkinabè" et contesté son éligibilité. Le pays n'avait pas été loin de sombrer dans la guerre civile.

Le texte prévoit la création d'un poste de vice-président, qui alimente tous les fantasmes. Si la Constitution est acceptée, le président doit en effet nommer un vice-président jusqu'en 2020, et celui-ci aura toutes les chances d'être considéré comme son successeur.

En outre, la Constitution créé un Sénat, institutionnalise la Chambre des rois et chefs traditionnels et étend le domaine de compétence du Conseil économique et social à l'environnement.

De son côté, l'ensemble de l'opposition (deux coalitions distinctes) a appelé au boycottage du scrutin.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG