Liens d'accessibilité

Moïse Katumbi convoqué au Parquet


Moïse Katumbi, andidat déclaré à la présidentielle de 2016 et ancien gouverneur de l'ex-province du Katannga.

Moïse Katumbi, andidat déclaré à la présidentielle de 2016 et ancien gouverneur de l'ex-province du Katannga.

Le candidat déclaré à la présidentielle de 2016 devait se présenter samedi au Parquet, a affirmé l’avocat général de la République, Bernard Mikobi Minga, sur Radio Okapi émettant en RDC pour les Nations Unies.

Me Minga a précisé qu’une convocation du parquet général de la République a été envoyée à M. Katumbi mais que les services de celui-ci n’ont pas laissé le porteur la déposer au destinataire.

Le gouvernement accuse Moïse Katumbi d’avoir recruté des mercenaires.

Le ministre de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba, soutient détenir suffisamment des preuves documentées sur le recrutement des mercenaires étrangers dont des Americains pour le compte de M. Katumbi dans l’ex-province du Katanga, dans le sud-est de la RDC.

Jeudi, le ministre Mwamba a ordonné au procureur d’ouvrir une enquête sur la question.

Le gouvernement se base sur des aveux qu’aurait faits l’Américain Darryl Lewis.

M. Katumbi rejette ses accusations et parle d’un montage pour lui nuire.

L'ambassade des Etats-Unis s’est, pour sa part, déclarée profondément préoccupée par ces accusations d’activités de mercenariat dans lesquelles sont cités des ressortissants américains. Elle estime que ces allégations sont fausses.

Le gouvernement a ordonné cette enquête le même jour où M. Katumbi a confirmé qu’il sera candidat à la prochaine présidentielle, à la demande de quelques plateformes de l’opposition.

La tension continue à monter en RDC à l’approche du délai constitutionnel de la présidentielle (avant décembre 2016).

L’opposition accuse le président Kabila de retarder la présidentielle et de vouloir se représenter alors que la Constitution le lui interdit pour avoir fait plus de deux mandats. La tenue de cette élection dans le délai de la Constitution, devient hypothétique car la Commission électorale nationale indépendante (CENI) voudrait avant tout réviser le fichier électoral, une opération qui, selon elle, durera entre 13 à 16 mois.

Selon des sources place, les anciens gardes de M. Katumbi ont été arrêtés. Deux Chinois ont aussi été mis aux arrêts suspectés de vouloir essayer de le sortir du pays. Les contrôles sont renforcés à la frontière avec la Zambie.

XS
SM
MD
LG