Liens d'accessibilité

Le pasteur Ntumi dément toute implication dans l'attaque de Brazzaville


Pasteur Frédéric Ntumi, ancien leader des ex-miliciens Ninja à Brazzaville, Congo

Pasteur Frédéric Ntumi, ancien leader des ex-miliciens Ninja à Brazzaville, Congo

Sur VOA Afrique, l'ancien chef rebelle reconnait la participation d'anciens Ninjas dans les attaques de Bacongo, Makélékélé et Mayanga mais nie en être à l’origine. Rallié à l'opposition, le pasteur Ntumi appelle Denis Sassou Nguesso à quitter le pouvoir.

A Brazzaville, le gouvernement a annoncé avoir lancé des "investigations" sur les combats du 4 avril 2016.

Selon la déclaration du gouvernement, les fauteurs de troubles seraient "des ex-miliciens Ninja", des combattants d'une ancienne faction de la guerre civile dite du Pool entre 1998 et 2003

Ces miliciens étaient alors dirigés par Frédéric Bintsamou, alias Pasteur Ntumi.

Sur VOA Afrique, ce dernier dément toute implication et dit s'être rangé. "Je suis un politique mais je comprends ces jeunes. C'est une insurrection de la population qui ne se reconnait pas dans les résultats attribués aux candidats de l’opposition."

Le Pasteur Ntumi accuse Jean-François Ndenguet, le directeur général de la police, d'avoir distribué des armes aux anciens Ninjas et d'avoir constitué le groupe des douze apôtres. "Certains sont avec le pouvoir mais d'autres retournent les armes contre les policiers. Les armes de Sassou se sont retournées contre lui-même", explique-t-il sur VOA Afrique.

Le pasteur Ntumi demande l'implication de la communauté internationale et craint une reprise de la guerre au Congo si la situation perdure.

"Apres 32 ans au pouvoir, Sassou Nguesso doit partir", préconise Ntumi.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG