Liens d'accessibilité

Le parquet défend la composition du jury du procès de Simone Gbgabo


L’ancienne première dame de la Côte-d'Ivoire, Simone Gbagbo, salue de la main ses partisans à son arrivée au palais de justice d'Abidjan où s’est ouvert, devant la cour d’assises, un procès pour crimes contre l'humanité commis lors des violences post-électorales de 2010, à Abidjan, Côte d’Ivoire, 9 mai 2016.

L’ancienne première dame de la Côte-d'Ivoire, Simone Gbagbo, salue de la main ses partisans à son arrivée au palais de justice d'Abidjan où s’est ouvert, devant la cour d’assises, un procès pour crimes contre l'humanité commis lors des violences post-électorales de 2010, à Abidjan, Côte d’Ivoire, 9 mai 2016.

Actuellement incarcérée, l'épouse de l'ancien président Laurent Gbagbo sera jugée à partir du 31 mai à Abidjan pour crimes contre l'humanité lors de la crise postélectorale de 2010-2011.

Lundi, sa défense avait parlé de "procès politique" et mis en cause la composition du jury, estimant qu'il était dominé par des personnes du Nord du pays, alors que Mme Gbagbo est "poursuivie pour avoir fait tuer des gens issus du Nord".

Dans un communiqué transmis à l'AFP, le procureur général de la cour d'appel d'Abidjan Aly Yeo "invite toutes les parties à éviter toute déclaration tendancieuse visant à jeter le discrédit sur cette cour et sur la régularité du procès" assurant que le "procès se tient devant une cour légalement constituée en toute transparence par les procédures prévues par les lois".

La "liste de jury criminel ne comprend que des personnalités (chefs traditionnels, notables, hauts fonctionnaires à la retraite, etc...) choisies par le préfet de région en raison de leur bonne moralité, de leur probité et de leur honnêteté. En conséquence, il ne peut être soutenu que tel ou tel juré a été choisi suivant son appartenance ethnique ou régionale, encore moins religieuse", a encore indiqué le procureur général.

"La Côte d'Ivoire a fait le choix de juger les personnes poursuivies pour crime contre l'humanité et crime de guerre commis sur le territoire national devant sa propre juridiction et non devant la Cour pénale internationale (CPI) qui n'a qu'une compétence subsidiaire et complémentaire des juridictions nationales", conclut le procureur.

Protagoniste majeure de la crise, l'ancienne "Dame de fer" à la personnalité controversée, a déjà été condamnée à Abidjan en mars 2015 à 20 ans de prison, notamment pour "attentat contre l'autorité de l'Etat".

Elle est également poursuivie pour "crimes contre l'humanité" par la CPI à la Haye, où le procès de son mari s'est rouvert lundi, mais Abidjan refuse son transfèrement à La Haye.

La crise postélectorale en Côte d'Ivoire est née du refus de Laurent Gbagbo de reconnaître la victoire d'Alassane Ouattara à l'élection présidentielle de novembre 2010. Les violences avaient fait plus de 3.000 morts en cinq mois.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG