Liens d'accessibilité

L'ONU demande aux groupes armés d'arrêter immédiatement la violence en Centrafrique


Des ex-Séléka évacuent le Camp de Roux à Bangui, Centrafrique, 27 janvier 2014.

Le Conseil de sécurité des Nations unies condamne les affrontements qui se poursuivent entre les groupes armés, en particulier autour de Bambari dans la préfecture de Ouaka et, plus récemment, à Bakouma dans la préfecture de Mbomou.

Il se déclare préoccupé "par la situation humanitaire dans le pays, y compris la situation des réfugiés et des personnes déplacées à l'intérieur du pays, où près de la moitié des 4,6 millions de Centrafricains ont besoin d'une aide humanitaire".

"Le Conseil de sécurité condamne fermement la violence perpétrée par les groupes armés et leurs tentatives de prendre par la force le contrôle du territoire et des ressources, et demande instamment à tous les groupes armés, en particulier le Front patriotique pour la Renaissance de la Centrafrique (FPRC) et l'Unité pour la paix en Centrafrique (UPC), d'arrêter immédiatement toute violence et d'honorer leur engagement, sans aucune restriction, au processus de désarmement, de démobilisation, de réintégration et de rapatriement (DDRR) ", indique la déclaration.

Le Conseil de sécurité réitère le soutien qu’il apporte au président Faustin Toudera dans ses efforts pour ramener la paix et la réconciliation dans le pays.

Il appuie aussi la Mission multidimensionnelle de stabilisation intégrée des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) dans la mise en œuvre de son mandat à l'appui des autorités de la Centrafrique.

Il affirme, pour e faire, renforcer son soutien au Représentant spécial du Secrétaire général (SRSG) Parfait Onanga-Anyanga.

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG