Liens d'accessibilité

Encore trop de groupes armés dans les écoles centrafricaines selon HRW

  • VOA Afrique

Une patrouille de la Minusca dans une rue à Bria, en Centrafrique, le 21 février 2017. (VOA/Freeman Sipila)

L'occupation d'établissements scolaires par des groupes armées empêche "de nombreux enfants" de suivre une scolarité normale en Centrafrique, déplore l'ONG Human Rights Watch (HRW).

"De nombreux enfants sont encore dans l'impossibilité d'aller à l'école en raison de la présence de groupes armés ou de destructions causées par eux, alors que le pays est toujours le théâtre de combats", selon l'organisation de défense des droits de l'homme dans un rapport publié jeudi.

"Le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) a estimé, en novembre 2016, que 2.336 écoles étaient opérationnelles dans tout le pays et qu'au moins 461 ne l'étaient pas", développe HRW, qui pointe "l'insécurité, la pénurie d'enseignants, les déplacements de population, les destructions de bâtiments scolaires ou l'occupation d'écoles par des groupes armés".

"Les efforts humanitaires pour rouvrir les écoles et pour améliorer le système éducatif restent gravement sous financés. Au début de 2016, le programme des Nations unies dans le domaine de l'éducation n'était financé qu'à hauteur de 3%", dénonce HRW.

La Centrafrique peine à se relever du conflit provoqué par le renversement en 2013 du président François Bozizé par la coalition Séléka prétendant défendre les droits des musulmans, entraînant une contre-offensive des milices anti-Balaka majoritairement chrétiennes.

Dans la majorité des cas "les combattants de la Séléka ont été les principaux responsables de pillages et d'occupations d'écoles", selon l'ONG, qui accuse également les milices d'auto-défense anti-Balaka d'avoir "commis à de nombreuses reprises des abus similaires".

HRW estime aussi que quelques "forces de maintien de la paix (...) utilisent des bâtiments scolaires comme bases ou comme casernes, en violation des règles de l'ONU".

"L'école a fermé parce que la Séléka est venue et dès leur arrivée, ils ont menacé de nous enfermer dans nos salles de classe et de nous tuer tous. (...) Les maths sont ma matière préférée et je veux devenir enseignante, mais sans école je ne peux pas réaliser mon rêve", raconte une jeune Centrafricaine de 13 ans citée par HRW.

Malgré la présence de 12.500 Casques bleus, la Centrafrique connaît une recrudescence de violences depuis octobre 2016, en particulier dans les provinces du centre et de l'est du pays, selon de nombreuses organisations humanitaires dont HRW.

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG