Liens d'accessibilité

La question du "dialogue" avec Kabila divise l'opposition en RDC


La candidat de l'opposition Etienne Tshisekedi à Kinshasa le 28 novembre 2014.

La candidat de l'opposition Etienne Tshisekedi à Kinshasa le 28 novembre 2014.

Une centaine de membres de l'opposition congolaise réunis près de Bruxelles tentaient jeudi de faire taire leurs désaccords sur la nature du dialogue à engager avec le pouvoir du président Joseph Kabila, afin d'ouvrir la voie à des élections en République démocratique du Congo d'ici la fin de l'année.

Les délégués de différentes composantes de l'opposition ont repris leurs travaux en commission au lendemain de l'ouverture de ce "conclave" par l'opposant historique Etienne Tshisekedi, qui a pris l'initiative de tenir cette réunion se déroulant dans un hôtel de Genval, à une vingtaine de kilomètres de Bruxelles.

M. Tshisekedi, président de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), 83 ans, a lancé mercredi un appel à l'unité pour "renvoyer" le président Kabila du pouvoir, se disant à nouveau favorable à un "dialogue" sous l'égide de la communauté internationale.

"C'est un discours en demi-teinte", a déclaré jeudi à l'AFP le député Martin Fayulu, membre de la Dynamique de l'opposition, l'une des forces ayant répondu à l'invitation de l'UDPS.

"Le président Tshisekedi a dit que, le 19 décembre (au terme de son mandat), Kabila doit partir, ce qui est positif puisqu'il reste dans le cadre de la Constitution", a estimé M. Fayulu.

"En revanche, il ne définit pas le cadre du dialogue", a-t-il regretté.

Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001 et qui selon la Constitution n'a pas le droit de se représenter, a convoqué un "dialogue national", officiellement pour préparer les élections qui doivent en principe se tenir avant la fin de l'année.

Des composantes de l'opposition soupçonnent l'UDPS de vouloir obtenir une transition après le dialogue, avec un partage du pouvoir à la clé, ce qui selon eux violerait la Constitution.

"Il n'est nullement question de participer au dialogue de M. Kabila", a expliqué Martin Fayulu en marge des discussions.

Il a préconisé de "trouver des mécanismes appropriés pour que la communauté internationale, par un panel composé de membres des Nations unies, de l'Union européenne, de l'Union africaine, de l'OIF (la Francophonie) et de tous les envoyés spéciaux des Grands lacs" puisse "aller voir les gens de M. Kabila" et ensuite "les groupes de cette conférence".

Les travaux du "conclave", dont les conclusions devraient en principe insister sur la tenue de la présidentielle dans le délai constitutionnel, doivent s'achever jeudi en fin de journée. La venue de l'ancien gouverneur de l'ex-Katanga Moïse Katumbi, ancien allié de Joseph Kabila passé à l'opposition, n'était toujours pas confirmée à la mi-journée.

Candidat à la présidentielle, M. Katumbi est inculpé d'atteinte à la sécurité de l'Etat. Fin mai, il a quitté la RDC pour l'Afrique du Sud, officiellement pour s'y faire soigner. Il a ensuite rejoint Londres.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG