Liens d'accessibilité

La justice française enquête contre des soldats soupçonnés de sévices en Centrafrique


Les forces françaises Sangaris à Bambari en Centrafrique, le 24 mai 2014.

Les forces françaises Sangaris à Bambari en Centrafrique, le 24 mai 2014.

La justice française a ouvert une enquête visant des soldats de la force Sangaris, soupçonnés d'avoir passé à tabac deux Centrafricains à Bangui ou d'avoir laissé faire, une nouvelle affaire embarrassante pour l'armée après les récents scandales d'abus sexuels.

Le parquet de Paris a ouvert la semaine dernière une enquête préliminaire, notamment pour "violences volontaires en réunion" ayant entraîné une incapacité totale de travail de plus de huit jours, "séquestration avec libération volontaire", "menaces avec armes" et non-assistance à victime.

Cette enquête, ouverte à la suite d'un rapport de commandement du ministère français de la Défense transmis à la justice, a été confiée à la gendarmerie prévôtale, chargée des investigations sur les crimes et délits commis par des militaires lors d'opérations extérieures.

L'affaire avait été révélée par le quotidien régional Ouest-France. Début juin, "au vu de la gravité des faits", le ministère de la Défense avait annoncé avoir pris "des mesures de suspension" à l'encontre de cinq militaires français de la force Sangaris en Centrafrique.

Ces soldats sont soupçonnés d'avoir commis ou laissé commettre de graves sévices physiques sur deux ressortissants centrafricains dans un poste de contrôle du PK 12 (point kilométrique) à Bangui, début 2014.

Une procédure disciplinaire a également été engagée, pouvant aboutir à une éviction de l'armée, selon le ministère.

Quatre autres militaires font aussi l'objet de sanctions parce que, "tout en ayant eu connaissance des faits, ils n'en n'ont pas rendu compte", selon le ministère. Ces sanctions, qui comprennent des jours de mise aux arrêts, ne prévoient pas leur renvoi mais vont sérieusement entraver leur carrière, selon l'entourage du ministre Jean-Yves Le Drian.

- 'Aucune connotation sexuelle' -

La force Sangaris, présente en Centrafrique, est déjà mise en cause dans des scandales de viols, d'abus ou d'exploitation sexuels présumés, notamment sur des mineurs, tout comme des Casques bleus d'autres contingents.

Des militaires de Sangaris sont notamment visés par trois enquêtes judiciaires en cours à Paris: une information judiciaire confiée à un juge d'instruction et deux enquêtes préliminaires du parquet doivent faire la lumière sur ces accusations portées contre des soldats. Dans le cadre de l'information judiciaire, cinq militaires ont été entendus à ce stade et aucun n'a été mis en examen.

Cette fois, "il n'y a aucune connotation sexuelle dans cette pitoyable affaire" de passages à tabac, a indiqué un proche du ministre de la Défense, cité dans Ouest-France.

Les accusations concernent des soldats du 2ème régiment d'infanterie de marine (2e Rima), basé dans l'Ouest de la France, dont un responsable sonne l'alerte le 28 avril. L'affaire remonte alors par la voie hiérarchique jusqu'au ministre de la Défense qui en a ensuite informé le procureur de la République de Paris.

L'enquête doit désormais tenter de comprendre pourquoi ces soldats s'en sont pris à des Centrafricains et pourquoi le ou les officiers présents n'ont pas empêché les faits.

"Les premières investigations vont s'attacher à rechercher et identifier les victimes", a précisé une source judiciaire.

La France a déployé la force Sangaris en décembre 2013 en Centrafrique, une de ses anciennes colonies, en proie à l'anarchie et aux massacres communautaires. Missionnée par l'ONU au rétablissement de la paix, l'opération française doit se terminer en décembre, au terme d'un désengagement progressif. De plus de 2.500 militaires au plus fort de la crise, elle n'en compte plus que 650.

Cette intervention et le déploiement de 12.000 Casques bleus de la force onusienne de la Minusca ont permis de faire retomber les violences.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG