Liens d'accessibilité

44 Casques bleus accusés d'abus sexuels depuis début 2016


Les Casques bleus de la Mission de l’ONU en Centrafrique (Minusca) déployés lors d’une manifestation réclamant les élections dans le quartier à Bangui, le 13 décembre 2015.

Les Casques bleus de la Mission de l’ONU en Centrafrique (Minusca) déployés lors d’une manifestation réclamant les élections dans le quartier à Bangui, le 13 décembre 2015.

Deux tiers de ces cas, soit 29 accusations, concernent la mission des Nations unies en République centrafricaine (Minusca).

L'ONU a indiqué mardi avoir recensé depuis le début de l'année 44 accusations d'abus sexuels qui auraient été commis par ses Casques bleus.

Sept cas ont aussi été recensés en République démocratique du Congo (RDC), deux en Haïti et d'autres en Côte d'Ivoire, Soudan du Sud ou Mali notamment. La plupart des faits remontent aux années précédentes.

Les soldats ou policiers soupçonnés viennent pour la plupart de République démocratique du Congo et du Congo-Brazzaville, ainsi que du Niger, du Maroc et d'Afrique du Sud, selon un décompte publié mardi par l'ONU.

Ce décompte n'inclut pas les accusations révélées début avril et mettant en cause la force française Sangaris en Centrafrique (RCA) ainsi que les contingents burundais et gabonais de la Minusca. L'enquête sur ces cas n'est pas terminée, a précisé le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric.

L'ONU avait recensé 69 cas d'abus sexuels présumés sur l'ensemble de l'année 2015. Ils étaient concentrés là aussi sur la RCA et la RDC et impliquaient des Casques bleus de 21 pays.

La réputation de ces soldats de la paix a été ternie depuis des mois par toute une série de scandales de viols et autres exactions, notamment en Centrafrique où l'ONU a déployé 12.000 hommes en 2014.

Les pays fournisseurs de Casques bleus, seuls habilités à sanctionner les coupables, ne montrent aucun empressement à la faire. Ainsi, seuls 26 cas sur les 69 recensés en 2015 ont fait l'objet d'enquêtes abouties, qui ont entraîné des peines de prison de quelques semaines contre trois soldats.

Pour les faits recueillis en 2016, trois enquêtes ont pour l'instant abouti et deux militaires ont été punis de peines de prison.

Parmi une série de mesures, l'ONU a recommandé de créer des cours martiales in situ pour juger les coupables et de prendre les empreintes génétiques des Casques bleus.

Pour l'instant, seule l'Afrique du sud a annoncé qu'elle allait mettre en place une cour martiale en RDC pour juger ses soldats.

L'ONU a aussi créé en mars un fonds pour aider les victimes de ces abus sexuels. La Norvège a été le premier pays à l'abonder en versant 125.000 dollars.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG