Liens d'accessibilité

La grogne se poursuit au Burkina Faso


Des gendarmes à Ouagadougou

Des gendarmes à Ouagadougou

Les soldats de la Garde nationale ont tiré dans la nuit pour réclamer le paiement de primes. Les étudiants soutiennent de leur côté la grève des enseignants.

« Des tirs ont été entendus la nuit dernière près de la Garde nationale dans le quartier populaire Paspanga, explique notre correspondant Zoumana Wonogo. La gendarmerie se trouve à côté, nous avons d’abord cru qu’il s’agissait des gendarmes. »

Mais ce sont bien les éléments de la Garde nationale, ceux qui assurent la fanfare et les honneurs pour le président Blaise Compaoré et ses invités

« Selon nos sources, la Garde nationale réclame les mêmes primes d’honneur qui sont versées aux gendarmes et aux membres de la garde présidentielle, précise Zoumana Wonogo. C’est la prime face à face, comme l’appellent les militaires. Elle n’est pas inscrite dans les salaires. Il s’agit d’une enveloppe remise à chaque fin du mois aux éléments. La Garde nationale n’en bénéficie pas jusqu'à présent, d’où leur mouvement. »

Le reste de la nuit a été plus calme, mais les habitants de la capitale burkinabè restent inquiets après ce nouvel incident dans une caserne militaire.

XS
SM
MD
LG