Liens d'accessibilité

La Francophonie suspend sa coopération au Burundi, réintègre la RCA


Logo de la Francophonie

Logo de la Francophonie

L'Oganisation internationale de la francophonie a décidé de suspendre partiellement sa coopération multilatérale avec le Burundi, en raison de "l'absence d'avancées" du dialogue politique dans ce pays en crise depuis près d'un an, selon un communiqué reçu vendredi.

Le conseil permanent de l'organisation dirigée par la Canadienne Michaëlle Jean, en session jeudi à Paris, a par ailleurs annoncé la réintégration de la République centrafricaine (RCA) au sein de ses instances, en saluant "le sens des reponsabilité dont ont fait preuve les autorités de transition du pays".

Après trois ans de violences intercommunautaires qui ont ravagé le pays, la RCA a organisé avec succès des élections il y a quelques semaines.

Quant au Burundi, les membres du Conseil permanent "ont déploré la dégradation de la situation sécuritaire et l'absence, malgré les efforts significatifs déployés sans relâche par la Communauté internationale, d'avancées dans l'instauration d'un dialogue politique réellement inclusif", détaille le communiqué.

"Ils ont dès lors décidé de prononcer la suspension de la coopération multilatérale francophone déployée au Burundi, à l'exception des programmes qui bénéficient directement aux populations civiles et de ceux qui peuvent concourir au rétablissement de la démocratie".

Le Burundi n'a pas officiellement réagi à cette annonce, mais le responsable de la communication présidentielle, Willy Nyamitwe, a posté un tweet dénonçant une "comédie" de "très mauvais goût"

"Comme si la #Francophonie était un dieu et que le #Burundi devrait se prosterner devant ce déni de sa souveraineté", a-t-il ajouté dans un deuxième tweet.

Le Burundi est plongé depuis près d'un an dans une crise politique profonde, née de la volonté du président Pierre Nkurunziza de se maintenir au pouvoir pour un troisième mandat, qu'il a obtenu en juillet.

Les violences ont déjà fait plus de 400 morts et poussé plus de 250.000 personnes à quitter le pays.


Avec AFP

XS
SM
MD
LG