Liens d'accessibilité

La Chine fustige la situation des droits de l'homme aux Etats-Unis


Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Lu Kang lors d'une conférence de presse régulière à Pékin , le 27 octobre 2015.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Lu Kang lors d'une conférence de presse régulière à Pékin , le 27 octobre 2015.

Pékin a vivement critiqué les brutalités policières et violations des droits civils aux Etats-Unis, au lendemain d'un rapport de Washington fustigeant la situation des droits de l'homme en Chine.

"Le gouvernement américain refuse de se regarder dans le miroir, et a besoin pour cela de l'aide d'autrui", ironise la Chine dans un rapport sur le sujet, selon l'agence Chine nouvelle.

Ces remontrances interviennent chaque année, en réponse à la publication par le département d'Etat américain de son rapport annuel sur les droits de l'homme dans le monde, et qui n'épargne pas Pékin. La Chine réplique ainsi avec un document visant exclusivement les Etats-Unis.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a également dénoncé le rapport américain lors d'une conférence de presse régulière, appelant les autres pays à s'abstenir de commenter les affaires intérieures chinoises. "Aucun pays ne devrait utiliser la question des droits de l'homme pour s'immiscer dans les affaires intérieures d'autres pays", a déclaré Lu Kang, un porte-parole du ministère.

Le document publié jeudi par le Conseil des affaires d'Etat, le gouvernement chinois, pourfend notamment le rôle de l'argent dans la politique américaine et la violence des armes à feu. Il cite abondamment des sites internet comme Al Jazeera America et USA Today.

Pour Pékin, "la grande fréquence des fusillades, c'est ce qui aura le plus profondément marqué le monde à propos des Etats-Unis en 2015".

Le rapport de Washington, publié mercredi, estimait que la pression sur les militants des droits civiques et politiques a "sensiblement augmenté" l'an passé en Chine, pointant notamment une "intense" répression visant les avocats défendant des accusés dans des affaires sensibles.

Le Parti communiste chinois n'hésite pas à emprisonner des citoyens qui osent publiquement remettre en cause son autorité. Le document américain accuse également la Chine de répression continue à l'égard de membres des minorités ouïghoure et tibétaine.

De son côté, Pékin souligne régulièrement que la réduction drastique de la pauvreté en Chine, consécutive au développement économique des dernières décennies, est une grande contribution aux droits de l'homme dans le pays.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG