Liens d'accessibilité

Robert Mugabe face à de nouvelles manifestations samedi


Un policier anti-émeute regarde un manifestant tenant des fleurs dans ses mains pour symboliser la paix à Harare, Zimbabwe, le 17 août 2016.

Un policier anti-émeute regarde un manifestant tenant des fleurs dans ses mains pour symboliser la paix à Harare, Zimbabwe, le 17 août 2016.

L'opposition dirigée par le Mouvement pour le changement démocratique a lancé ce mot d'ordre pour le 17 septembre 2016, en vue d'exiger des réformes électorales.

L'opposition zimbabwéenne a appelé lundi à des manifestations samedi dans tout le pays pour obtenir des réformes électorales, en dépit de nouvelles menaces du président Robert Mugabe de réprimer la fronde populaire qui agite le pays depuis des semaines.

"Nous allons manifester sans plus attendre", le 17 septembre, a déclaré Douglas Mwonzora, le porte-parole du principal parti d'opposition, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC).

"Nous allons [manifester] avec ou sans la bénédiction ou la permission [des autorités]."

Nous avons la loi de notre côté et nous n'allons pas négocier la loi avec M. Mugabe", a-t-il ajouté, parlant au nom d'une coalition de 18 partis d'opposition.

Il faisait référence à la décision de justice, la semaine dernière, de lever l'interdiction de manifester à Harare décrétée pour deux semaines par la police.

Le mouvement anti-Mugabe s'est accru depuis plusieurs mois au Zimbabwe

Le mouvement anti-Mugabe s'est accru depuis plusieurs mois au Zimbabwe

"Ce samedi, nous organisons 210 manifestations dans le pays pour forcer la commission électorale du Zimbabwe à accepter des réformes", a expliqué Jacob Ngarivhuma, à la tête du mouvement politique "Transformer le Zimbabwe".

Des élections générales sont prévues en 2018 au Zimbabwe. Le président Robert Mugabe, qui est à 92 ans le plus vieux chef de l'Etat en exercice au monde, compte se représenter à la fonction suprême.

Il avait facilement remporté le dernier scrutin en 2013, entaché néanmoins de soupçons de fraude massive.

Depuis plusieurs semaines, les rues d'Harare sont le théâtre d'une nouvelle vague de contestation contre le régime Mugabe, largement nourrie par la crise économique qui frappe le Zimbabwe. La police réprime régulièrement par la force ces manifestations.

Ce weekend, le président a de nouveau prévenu les opposants qu'ils "jouaient un jeu dangereux". "Que les partis de l'opposition et tous ceux qui cherchent le chaos (...) soient prévenus. Notre patience a des limites", a-t-il lancé devant son parti de la Zanu-PF. "Ils ne peuvent pas gagner cette guerre", a-t-il affirmé.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG