Liens d'accessibilité

John Kerry rencontre son homologue russe Sergueï Lavrov vendredi à Genève


Le secrétaire d'Etat américain John Kerry salue la foule lors de sa visite au palais du sultan de Sokoto, Nigeria, le 23 août 2016.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry salue la foule lors de sa visite au palais du sultan de Sokoto, Nigeria, le 23 août 2016.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry rencontrera son homologue russe Sergueï Lavrov vendredi à Genève pour discuter de la Syrie et de l'Ukraine, a annoncé mercredi le porte-parole du responsable américain.

John Kerry se rend à Genève du 26 au 29 août et "les discussions porteront, entre autres, sur le conflit en Syrie et sur la crise ukrainienne", a déclaré John Kirby à la presse à Abuja, au Nigeria.

A Moscou, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a confirmé à l'AFP la tenue de la rencontre.

John Kerry et Sergueï Lavrov se sont entretenus mercredi au téléphone "sur initiative américaine" pour discuter notamment de "la situation en Syrie, y compris autour d'Alep (...) et des perspectives de la coordination des actions de la Russie et des Etats-Unis dans la lutte contre les terroristes", a précisé de son côté le ministère russe des Affaires étrangères.

Lors de cet entretien, M. Lavrov "a appelé les Etats-Unis à utiliser leur influence sur Kiev pour le mettre en garde contre des provocations et exhorter à un dialogue" avec les rebelles prorusses dans l'est de l'Ukraine, selon la même source.

Le secrétaire d'Etat américain, qui achève une tournée en Afrique avant de se rendre en Arabie saoudite, avait évoqué lundi une possible rencontre avec Sergueï Lavrov lors de son étape à Nairobi, au Kenya, alors qu'il était interrogé sur l'annonce du gouvernement iranien d'un arrêt des raids menés en Syrie par la Russie à partir de l'aérodrome militaire iranien de Hamedan.

Les Etats-Unis et leurs partenaires de la coalition internationale anti groupe Etat islamique bombardent les jihadistes depuis deux ans en Irak et en Syrie. La Russie intervient depuis près d'un an avant tout pour soutenir les forces du président syrien Bachar al-Assad.

Lors d'une visite de M. Kerry à Moscou mi-juillet, les deux puissances s'étaient mises d'accord sur des "mesures concrètes", restées confidentielles, pour sauver la trêve et combattre les jihadistes. John Kerry avait promis fin juillet des annonces pour le début du mois d'août sur cette éventuelle collaboration militaire américano-russe.

Le 16 août, le porte-parole du département d'Etat Mark Toner avait également fait état de discussions en cours: "Nous continuons à parler avec la Russie (...) d'un cessez-le-feu national sérieux, d'une ouverture totale à l'aide humanitaire et d'une reprise des négociations (entre le régime syrien et l'opposition) à Genève", en référence à la feuille de route internationale pour trouver une porte de sortie à la guerre en Syrie.

Washington et Moscou co-président le Groupe international de soutien à la Syrie (GISS), qui rassemble une vingtaine de pays et s'est donné en novembre 2015 à Vienne une feuille de route pour la paix, entérinée en décembre par une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU.

Un organe de transition politique était prévu ce 1er août, ainsi qu'une Constitution et des élections d'ici mi-2017. En février, le GISS avait aussi arraché un accord de cessation des hostilités mais qui a volé en éclats.

Venu du Kenya, le secrétaire d'Etat devait s'envoler mercredi matin d'Abuja pour l'Arabie Saoudite où il sera question du conflit yéménite, de la guerre en Syrie et de la lutte contre le groupe Etat islamique.

Venu du Kenya, John Kerry a quitté le Nigeria mercredi pour l'Arabie Saoudite où il évoquera le conflit yéménite, la guerre en Syrie et la lutte contre le groupe Etat islamique.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG