Liens d'accessibilité

John Kerry se penche à Nairobi sur la sécurité régionale, Soudan du Sud en tête


Le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'est entretenu lundi avec le président kényan Uhuru Kenyatta de sécurité régionale à Nairobi, Kenya, le 22 août 2016.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'est entretenu lundi avec le président kényan Uhuru Kenyatta de sécurité régionale à Nairobi, Kenya, le 22 août 2016.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'est entretenu lundi avec le président kényan Uhuru Kenyatta de sécurité régionale, notamment de la situation précaire au Soudan du Sud voisin, a indiqué le ministère kényan des Affaires étrangères.

M. Kerry a entamé lundi à Nairobi une tournée qui le mènera mardi et mercredi au Nigeria pour évoquer la lutte contre le groupe islamiste Boko Haram puis mercredi et jeudi en Arabie Saoudite où il sera question du conflit yéménite, de la guerre en Syrie et de la lutte internationale contre le groupe Etat islamique.

Après son entretien avec le président kényan, le secrétaire d'Etat rencontrait lundi à la mi-journée les ministres des Affaires étrangères du Kenya, d'Ouganda, de Somalie, du Soudan et du Soudan du Sud, a constaté un journaliste de l'AFP. Il devait s'adresser à la presse à l'issue de cette rencontre, dans l'après-midi.

Au coeur de sa visite au Kenya figure le Soudan du Sud, pays indépendant depuis 2011 et qui a plongé dans une guerre civile dévastatrice en décembre 2013.

Malgré un accord de paix signé en août 2015 sous la pression de la communauté internationale, les armes ne se sont jamais complètement tues et de récents combats à l'arme lourde, début juillet à Juba, ont fait craindre un nouvel embrasement.

Ces combats, entre les troupes du président Salva Kiir et celles fidèles à l'ex-chef rebelle Riek Machar ont suscité de vives critiques de la communauté internationale.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté le 12 août une résolution, soumise au conseil par les Etats-Unis, autorisant le déploiement de 4.000 Casques bleus supplémentaires pour assurer la sécurité à Juba et dissuader les attaques contre les bases de l'ONU, malgré de très fortes réticences du camp de Salva Kiir.

Dans la foulée des combats de juillet, Riek Machar avait fui Juba et a été évincé de son poste de vice-président, remplacé par un de ses anciens alliés Taban Deng.

Il a depuis trouvé refuge en République démocratique du Congo voisine et se dit prêt à rentrer à Juba lorsque la nouvelle force de protection onusienne, qui viendra en appui de la Mission de l'ONU au Soudan du Sud (Minuss - 13.500 hommes), sera déployée dans la capitale.

John Kerry et ses homologues devraient également discuter de la Somalie, où les islamistes radicaux shebab continuent de semer la terreur et font peser une crainte sécuritaire majeure sur des élections générales au suffrage indirect prévues à l'automne.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG