Liens d'accessibilité

Japon: départ probable ce week-end d'une cargaison de plutonium vers les Etats-Unis (ONG)


Carte du Japon

Carte du Japon

Greenpeace et plusieurs organisations non gouvernementales ont dénoncé vendredi un prochain transport secret de plutonium entre le Japon et les Etats-Unis, qui pourrait selon elles intervenir dès ce week-end.

"Il est possible que le navire quitte dimanche le port japonais de Tokai", à quelque 150 kilomètres au nord-est de Tokyo, a expliqué par téléphone à l'AFP Shaun Burnie, expert nucléaire de Greenpeace, actuellement en déplacement au Japon.

Un bâtiment spécial de transport nucléaire britannique, le Pacific Egret, embarquant 331 kilogrammes de plutonium, doit effectuer ce transport "placé sous la protection des Etats-Unis", a précisé M. Burnie.

"Ce sera la plus grande cargaison de plutonium depuis celle de 1,8 tonne acheminée au Japon en 1992", ajoute Greenpeace.

Dans un communiqué, deux ONG japonaises, une américaine, une britannique et Greenpeace dénoncent "l'échec de la politique nucléaire du Japon", génératrice selon elles de produits dangereux ingérables.

"Depuis plus de cinq décennies, la politique nucléaire japonaise a été basée sur la production et l'utilisation du plutonium comme combustible nucléaire. Cependant, l'échec du programme et des plans d'utilisation du plutonium sous forme de mélange d'oxydes (Mox) a finalement conduit le Japon à accumuler le plus grand stock de plutonium utilisable à des fins militaires de tous les Etats sans arme atomique", affirme le texte.

Ce transport (dont la date et le trajet sont secrets) répond à un accord bilatéral passé en 2014, dans le cadre de la politique de non-prolifération.

Washington estime que le plutonium, conservé à Tokai, dans la préfecture d'Ibaraki, sera plus en sécurité aux Etats-Unis.

Le Japon a un stock de 47 tonnes de plutonium dont une dizaine de tonnes sur son sol, le reste étant à l'étranger, dont une partie en France.

Selon les ONG, les gouvernements américain et japonais présentent ce transport comme la preuve de leur engagement à réduire la menace des matières fissiles et veulent annoncer le succès de l'opération lors du quatrième Sommet sur la sécurité nucléaire du les 31 mars et 1er avril à Washington.

Mais "saluer le déplacement d'une cargaison de centaines de kilogrammes de plutonium comme un triomphe pour la sécurité nucléaire, tout en ignorant les plus de 9 tonnes encore stockées au Japon, est non seulement un échec de la non-prolifération nucléaire et de la politique de sécurité, mais une illusion dangereuse", souligne M. Burnie.

Les 331 kg concernés sont de qualité militaire, le reste des quelque 9 tonnes est de qualité moindre, adaptée aux réacteurs. Mais "du point de vue de la sécurité et de la non-prolifération, il n'y a pas de distinction, les deux étant susceptibles d'être utilisés pour la fabrication d'armes nucléaires", ajoute M. Burnie.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG