Liens d'accessibilité

Gabon et Guinée Equatoriale à la CIJ pour régler leur différend frontalier


Le président gabonais Ali Bongo Ondimba, à droite, et son homologue équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema lors de la Coupe d’Afrique des nations à Libreville, Gabon, 12 février 2012.

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba, à droite, et son homologue équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema lors de la Coupe d’Afrique des nations à Libreville, Gabon, 12 février 2012.

Le Gabon et la Guinée Equatoriale ont signé un engagement à Marrakech, en marge de la conférence sur le climat COP22, et sous les auspices de l'ONU, pour régler leur différend frontalier à la Cour internationale de la justice.

Un communiqué officiel indique que les deux parties ont pris "formellement l'engagement de soumettre leur différend à la CIJ" de La Haye, "conformément à un document cadre sur la médiation" menée depuis 2009 par l'ONU.

L'accord a été paraphé dans la "solennité et la convivialité" par le président gabonais Ali Bongo Ondimba et son homologue équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema, avec comme "témoin" le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, selon le communiqué.

Les deux chefs d'Etat ont "réaffirmé leur détermination réciproque de régler le différend frontalier opposant leur deux pays par les voies juridiques et, dans un esprit de confiance mutuelle et de respect, de renforcer leur coopération (...)".

Le secrétaire général de l'ONU a "exhorté les parties à accélérer toutes les procédures internes afin d'assurer l'entrée en vigueur rapide" de cet accord, ajoute le texte.

Ce conflit territorial entre les deux voisins d'Afrique centrale concerne l'île Mbanié et des îlots voisins, réputés riches en pétrole, dans le Golfe de Guinée. La question empoisonne depuis près de quatre décennies les relations entre les deux voisins, qui revendiquent chacun ces morceaux de terre à une dizaine de kilomètres des côtes.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG