Liens d'accessibilité

L'Afrique centrale au chevet de la Centrafrique


Un enfant marche dans le camp de déplacés Mpoko près de l'aéroport de Bangui en Centrafrique, le 13 février 2016.

Un enfant marche dans le camp de déplacés Mpoko près de l'aéroport de Bangui en Centrafrique, le 13 février 2016.

Six pays d'Afrique centrale ont pris plusieurs mesures pour participer au financement du retour de la paix en Centrafrique lors d'un sommet samedi, à Malabo en Guinée-Equatoriale.

Les six membres de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (Cemac) ont notamment décidé "d'apporter un soutien supplémentaire de quatre milliards de francs CFA (environ six millions d'euros), à la charge du Cameroun, du Congo, du Gabon et de la Guinée-Equatoriale", indique la Cemac dans un communiqué reçu dimanche par l'AFP.

Cette enveloppe servira à financer le lancement en Centrafrique du programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR), est-il précisé.

Les Etats-membres (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée-Equatoriale, Tchad) ont aussi décidé "de l'octroi, par la Banque centrale, d'une avance exceptionnelle de neufs milliards de francs CFA" à la Centrafrique.

Les présidents Ali Bongo (Gabon), Teodoro Obiang (Guinée-Equatoriale), Denis Sassou-N'guesso (Congo) ont félicité leur homologue Faustin-Archange Touadéra "pour sa brillante élection" il y a quelques mois.

La Centrafrique a basculé dans la guerre en 2013 après le renversement du président François Bozizé. Des violences communautaires entre rébellion Séléka et milices anti-Séléka ont conduit la France a lancé l'opération militaire Sangaris fin 2013, Paris redoutant alors "un génocide".

Une mission des Nations unies (Minusca, près de 12.000 militaires et policiers) prend le relais de l'opération Sangaris dont la France a annoncé la fin pour octobre.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG