Liens d'accessibilité

Zimbabwe : un policier poursuivi pour avoir traité la Première dame de prostituée


Le président du Zimbabwe Robert Mugabe et sa femme Grace, lors de son 92e anniversaire, le 22 février 2016 à Harare. (AP Photo/Tsvangirayi Mukwazhi)

Le président du Zimbabwe Robert Mugabe et sa femme Grace, lors de son 92e anniversaire, le 22 février 2016 à Harare. (AP Photo/Tsvangirayi Mukwazhi)

Le policier, qui aurait affirmé que le président Mugabe était "trop vieux pour gouverner" et traité son épouse de prostituée, sera jugé le 15 mars. Il est inculpé pour "insulte à la fonction présidentielle".

Un policier zimbabwéen a comparu devant un tribunal d'Harare après avoir affirmé que le président Robert Mugabe âgé de 92 ans était "trop vieux pour gouverner" et traité son épouse de prostituée, ont rapporté des médias locaux mercredi.

Thompson Joseph Mloyi, 44 ans, a été libéré contre une caution de 100 dollars mardi et comparaîtra pour son procès le 15 mars. Il est inculpé pour "insulte à la fonction présidentielle", selon le quotidien privé NewsDay.

Le policier aurait tenu ces propos au sein de sa caserne qui héberge des policiers et des militaires.

"Sans avoir été provoqué, l'accusé a commencé à crier en disant que le président Robert Mugabe était trop vieux pour gouverner et qu'il avait épousé une prostituée, Grace Mugabe", indique le quotidien citant les documents de l'accusation.

Les affaires d'arrestation pour avoir insulté le président Mugabe sont fréquentes au Zimbabwe et la plupart du temps les accusés sont condamnés à une amende.

Robert Mugabe qui a fêté fin février ses 92 ans en organisant un grand festin est le doyen des chefs d'Etat en exercice dans le monde.

Malgré son âge canonique,il continue de délivrer de longs discours toujours émaillés de piques contre l'Occident, bien que de récentes maladresses aient alimenté des rumeurs sur son état de santé.

Son épouse, Grace, 50 ans est entrée sur la scène politique il y a près de deux ans en devenant la chef de la ligue des femmes du parti au pouvoir, la Zanu-PF. Elle fait partie des successeurs potentiels cités par les observateurs pour prendre la place de son mari.

En décembre, un député du parti au pouvoir avait été arrêté pour avoir insulté Grace Mugabe avant d'être finalement acquitté quelques semaines plus tard.

AFP

XS
SM
MD
LG