Liens d'accessibilité

Yémen : le bilan s’alourdit


Des manifestants anti-gouvernementaux à Taïz, le 29 mai 2011.

Des manifestants anti-gouvernementaux à Taïz, le 29 mai 2011.

A Taëz dans le Sud, les forces de sécurité ont ouvert le feu sur des manifestants de l’opposition. Le sang a également coulé à Zinjibar, occupée par des militants islamistes.

Un camp de protestataires a été pris d’assaut, lundi, à Taëz, par les forces loyales au président Ali Abdullah Saleh, rapportent des témoins, qui font état d’au moins 20 morts.

De leur coté, les autorités signalent aussi des pertes dans les rangs des forces de sécurité. Un responsable de la sécurité dit en effet que quatre soldats ont été tués lundi et qu’au moins sept autres ont été blessés au cours d’une attaque prés de Zinjibar, la troisième plus grande ville du pays. On ne sait pas vraiment qui est à l’ origine de cet assaut.

Dans le même temps, les habitants de Zinjibar, la capitale d’Abyan, disent que des frappes aériennes ont été menées contre des militants islamistes. Ces derniers ont renforcé leur emprise sur la ville depuis que des généraux dissidents ont accusé le président Saleh d’abandonner la province d’Abyan aux terroristes. Déjà dimanche, d’importants combats ont opposé les soldats du gouvernement et des centaines d’islamistes qui occupent la ville. Ceux-ci se seraient emparés de banques et de bâtiments du gouvernement, expliquent des témoins. Cités par le Wall Street Journal, des habitants de Zinjibar ont expliqué que ces militants font partie d’une tribu locale, mais qu’ils ne sont pas membres d’Al-Qaïda. D’après eux, ils cherchent à installer un émirat islamique fondamentaliste dans le Sud du Yémen.

A noter que la journée de dimanche avait déjà été sanglante à Taïz. Plusieurs manifestants ont été tués et des dizaines d’autres ont été blessés. Les forces de sécurité et des hommes armés en tenues civiles ont tiré sur un rassemblement de l’opposition.

XS
SM
MD
LG