Liens d'accessibilité

Wimbledon - Un Federer record en quart de finale


Roger Federer

Roger Federer

En disposant de l'Américain Steve Johnson 6-2, 6-3, 7-5, le Suisse a signé sa 306e victoire "majeure", un chiffre ahurissant que l'Américano-tchèque Martina Navratilova avait atteint.

Roger Federer s'est qualifié sans trop forcer pour les quarts de finale de Wimbledon en égalant au passage le record absolu du nombre de matches gagnés en Grand Chelem, avant l'entrée sur le Centre court de Serena Williams.

En disposant de l'Américain Steve Johnson 6-2, 6-3, 7-5, le Suisse a signé sa 306e victoire "majeure", un chiffre ahurissant que l'Américano-tchèque Martina Navratilova avait atteint.

Il a aussi égalé un autre record: celui du plus grand nombre de quarts de finale disputés à Londres (14). Seul l'Américain Jimmy Connors a fait aussi bien depuis le début de l'ère professionnelle en 1968.

"Ce n'est pas ce que je vise principalement", a toutefois souligné Federer qui veut surtout soulever un 18e trophée majeur. Ce serait le huitième à Londres, record également à la clé.

Contre Johnson, le N.3 mondial n'a pas eu à trop forcer son talent mais a tout de même évolué "un cran au-dessus" de ses précédents matches. Dominateur au service et à la volée sur un "Centre court" ensoleillé, il s'est montré quasi intraitable, sauf au début du troisième set où il a perdu son service une fois.

Ses grandes satisfactions sont de ne toujours pas avoir lâché un set - en quatre matches - et de s'être senti libéré de ses pépins physiques (genou puis dos) contre le solide Californien qui joue à 26 ans le tennis de sa vie.

Jamais aussi bien classé (26e), Johnson avait remporté le premier trophée de sa carrière à Nottingham, deux jours avant le début de Wimbledon où il apparaissait pour la première fois en huitième de finale d'un "Major".

- Federer "libéré" -

Mais Federer ne lui a pas laissé dicter le jeu, pratiquant un tennis offensif. "C'est la première fois depuis longtemps que j'avais l'impression de jouer décontracté", a-t-il affirmé.

"J'ai joué de l'avant et ai aussi retrouvé de l'inspiration. C'est bien parce que je n'ai pas joué beaucoup de matches en étant libéré (de problèmes physiques) cette saison", a ajouté le Suisse dont la saison a été ternie par une opération d'un genou en février, puis un dos douloureux qui l'a empêché de participer à Roland-Garros.

Federer n'est désormais qu'à trois succès d'un premier trophée majeur depuis quatre ans. Mais l'adversité à venir, en la personne de Cilic, s'annonce bien plus relevée que tout ce qu'il a rencontré jusqu'à présent.

Le Croate avait créé la surprise lors de leur dernier duel (6-3, 6-4, 6-4) en demi-finale de l'US Open 2014, avant de s'offrir son premier trophée majeur en remportant la finale contre Nishikori.

- Radwanska au tapis -

Le tableau de Wimbledon avait remis sur sa route le Nippon en huitièmes de finale. Mais cette réédition de la finale new-yorkaise a fait un flop. Nishikori, N.6 mondial, a dû abandonner avant la fin du deuxième set (6-1, 5-1), parce que sa blessure au niveau des côtes, apparue à Halle le 15 juin, s'est réveillée.

Chez les dames, Agnieszka Radwanska, N.3 mondiale et finaliste en 2012, a quitté prématurément le tournoi - malgré une balle de match - à l'issue d'une partie à rallonge (3h, 9-7 au 3e set) contre Dominika Cibulkova (18e).

La bondissante slovaque a fondu en larmes sous le coup de l'émotion et de la fatigue après avoir concrétisé sa troisième balle de match.

Lors de ce lundi "fou", au cours duquel tous les huitièmes de finales sont disputés, l'Américaine Serena Williams affrontait la Russe Svetlana Kuznetsova.

Le match Andy Murray-Nick Kyrgios, affiche de cette journée, est programmé dans la soirée.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG