Liens d'accessibilité

Etats-Unis : Primaires dans le New Hampshire


Manchester dans le New Hampshire, le 5 février 2016. (AP Photo/Matt Rourke)

Manchester dans le New Hampshire, le 5 février 2016. (AP Photo/Matt Rourke)

Les électeurs de ce petit Etat du nord-est des Etats-Unis se rendent aux urnes mardi pour un choix déterminant. Les favoris sont le républicain Donald Trump et le démocrate Bernie Sanders.

Après l'Iowa, le New Hampshire est le deuxième Etat à voter, dans le processus qui vise à désigner les deux candidats à l'élection présidentielle de novembre, un républicain et un démocrate.

Les premiers votes étaient prévus dès minuit (05H00 GMT) dans les minuscules hameaux de Millsfield, Hart's Location et Dixville Notch. La plupart des bureaux électoraux fermeront à 19H00 (00H00 GMT).

Au total, 882.959 électeurs sont appelés à voter: 231.376 sont inscrits comme démocrates et voteront entre Hillary Clinton et Bernie Sanders ; 262.111 sont inscrits comme républicains et auront à choisir parmi huit candidats dont Donald Trump, Marco Rubio et Jeb Bush ; 389.472 électeurs, soit 44%, ne sont pas affiliés, donc ils pourront voter républicain ou démocrate.

Les électeurs du New Hampshire, dont la devise est "Vivre libre ou mourir", ont la réputation de se décider au dernier moment, fragilisant les sondages et poussant les candidats à faire campagne jusqu'à la dernière minute. Lundi, ils ont enchaîné plus de 35 rencontres et meetings.

Forte participation attendue

Les autorités attendent une participation record, en dépit des fortes chutes de neige. Plus de 9.000 nouveaux électeurs se sont inscrits depuis fin décembre.

Depuis décembre, Bernie Sanders, 74 ans, sénateur "démocrate socialiste" de l'Etat voisin du Vermont, est donné favori face à l'ancienne secrétaire d'Etat Hillary Clinton.

L'ultra-favorite n'a au départ pas vu le danger de cet apôtre d'une révolution politique, pourfendeur opiniâtre de Wall Street, qui trouve un formidable écho chez les jeunes auxquels il promet l'université gratuite.

Les quatre derniers sondages donnent à Sanders entre 12 et 26 points de pourcentage d'avance.

"Pour tous ceux d'entre vous qui sont encore en train de décider, en train de comparer, j'espère que je vais pouvoir remonter l'écart d'ici demain", a déclaré lundi Mme Clinton lors d'un meeting à Manchester.

Côté républicain, Donald Trump, aux déclarations agressives et décapantes, est en tête des sondages effectués depuis mai. Les quatre derniers sondages lui donnent entre 11 et 21 points d'avance.

Il devance le sénateur de Floride Marco Rubio, benjamin de la course à 44 ans, fils d'immigrés cubains, dont la troisième place dans l'Iowa en a fait le nouvel espoir de l'establishment républicain; l'ancien gouverneur de Floride Jeb Bush, fils et frère de présidents, dont la campagne n'a jamais décollé; le sénateur ultra-conservateur du Texas Ted Cruz, qui a remporté l'Iowa ; et le gouverneur modéré de l'Ohio John Kasich.

Des millions de dollars ont été dépensés en publicités télévisées pour séduire les électeurs. Certains candidats se sont copieusement insultés et tous ont depuis des mois participé à des dizaines de réunions dans des écoles, cafés, salles municipales ou universités.

Après le vote de mardi, les prochaines primaires se tiendront au Nevada et en Caroline du Sud.

Avec AFP


XS
SM
MD
LG