Liens d'accessibilité

Somalie: un des kamikazes de mardi était un ex-député, selon les shebab


Le corps de l'ancien ministre de la Défense somalien Muhyadin Mohamed Haji porté par des secours au lieu où une bombe placée dans sa voiture a explosées à Mogadiscio, Somalie, 15 février 2016.

Le corps de l'ancien ministre de la Défense somalien Muhyadin Mohamed Haji porté par des secours au lieu où une bombe placée dans sa voiture a explosées à Mogadiscio, Somalie, 15 février 2016.

Député de 2004 à 2010, Salah Nuh Ismail avait publiquement rallié les shebab en 2010.

L'un des deux kamikazes auteurs mardi d'un double attentat à la voiture piégée à Mogadiscio était un ancien député rallié aux insurgés islamistes shebab, ont affirmé ces derniers mercredi.

"Salah Nuh Ismail, également connu sous le nom de Salah Badbado, fait partie des braves qui ont mené l'attaque contre la base militaire de Halane", ont indiqué les shebab dans un communiqué diffusé par leur station Radio Andalus.

Député de 2004 à 2010, Salah Nuh Ismail avait publiquement rallié les shebab en 2010.

"C'était un ancien député mais il s'était repenti de l'apostasie en 2010, lorsqu'il avait publiquement annoncé sa défection", ont ajouté les shebab dans leur communiqué.

Radio Andalus a également diffusé un enregistrement audio qu'elle attribue à l'ancien député et dans lequel celui-ci justifie sa participation à l'attentat qui a fait au moins 13 morts.

L'implication du député dans l'attaque de mardi n'a pas été confirmée de source gouvernementale ou sécuritaire à Mogadiscio.

Deux voitures piégées conduites par des kamikazes ont explosé vers 09H00 aux abord immédiats du mur d'enceinte de l'aéroport international de Mogadiscio, qui abrite également des locaux de l'ONU et de la force de l'Union africaine (UA) en Somalie (Amisom).

Les shebab avaient été chassés de Mogadiscio en 2011 par l'Amisom. Ils ont ensuite perdu l'essentiel de leurs bastions, mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides, souvent jusque dans la capitale.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG