Liens d'accessibilité

RDC : le médecin qui "répare" les femmes "inquiet" en cas de non alternance en 2016


Dr Dennis Mukwege

Dr Dennis Mukwege

Le chirurgien congolais Denis Mukwege, reconnu pour son combat en faveur des femmes violées dans l'est de la République démocratique du Congo, a déclaré mardi à Kinshasa craindre de nouvelles violences en cas de non alternance à la tête du pays en 2016.

"Nous sommes très, très inquiets par rapport à l'année 2016, une année où nous avons deux possibilités: un passage de paix, où on pourrait avoir une alternance démocratique; ou malheureusement retourner dans le cycle de violences", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

"Le sang des Congolais a trop coulé, nous devons tous apporter notre pierre pour que [2016] soit plutôt une année d'espoir pour les Congolais", a-t-il ajouté.

Le Dr Mukwege, directeur de hôpital de Panzi, à Bukavu, capitale de la province du Sud-Kivu (est) a reçu en 2014 le Prix Sakharov des droits de l'Homme décerné par le Parlement européen pour son engagement en faveur des femmes violées.

Dans cette institution qu'il a créée en 1999, le médecin aide à la reconstruction physique et psychologique des femmes victimes de viols accompagnés de violences sauvages, commis à grande échelle dans l'est de la RDC depuis une quinzaine d'années, pendant la deuxième guerre du Congo (1998-2003), puis au cours des différents conflits armés qui se poursuivent dans la région.

"On a trop parlé de viol, de guerre, de destruction, il est temps que nous puissions également parler du développement", mais "on ne pourra pas (le faire) si on est dans la confusion et que la Constitution n'est pas respectée", a-t-il estimé.

L'élection présidentielle censée se tenir fin novembre en RDC semble aujourd'hui improbable.

Le pays traverse une crise politique depuis la reconduction au pouvoir du président Joseph Kabila à l'issue d'élections marquées par des fraudes massives en novembre 2011.

L'opposition accuse le chef de l'État, au pouvoir depuis 2001 et dont le mandat s'achève en décembre, de manoeuvrer pour contourner l'interdiction constitutionnelle qui lui est faite de se représenter.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG