Liens d'accessibilité

Le Pakistan toujours en attente de l’aide internationale


Sur les $460 millions réclamés par l’ONU, seulement 35% ont été versés pour l’instant, alors que dimanche, Ban Ki Moon s’est dit effaré par l’ampleur du désastre.

Lundi, l'ONU a averti que près de 3,5 millions d'enfants pakistanais sont exposés à un risque élevé de maladies liées à l’absence d'eau potable, telles que le choléra, la diarrhée et la dysenterie. En l’absence d’une aide rapide des donateurs, il va y avoir une seconde vague de décès, en plus des quelque 1.600 morts déjà recensés suite aux inondations qui durent depuis déjà plusieurs semaines, a souligné un porte-parole, Maurizio Giuliano. Pour le représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Pakistan, Guido Sabatinelli, la pénurie d’eau potable et de médicaments fait courir un risque mortel aux démunis.

Mais en dépit des appels du Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, l'aide humanitaire se fait toujours attendre alors que la situation sanitaire ne cesse d'empirer parmi les quelques 20 millions de personnes affectées par la montée des eaux.

Sur les 460 millions de dollars réclamés par l’ONU, seulement 35% ont été versés pour l’instant, alors que sur place, des centaines de victimes bloquaient une autoroute lundi dans la province de Sindh, exigeant une aide alimentaire et des abris du gouvernement.

Dimanche, M. Ban Ki Moon s’est dit effaré par l’ampleur du désastre. « Je n'oublierai jamais la destruction et les souffrances dont j'ai été témoin. J’ai eu l’occasion de me rendre dans beaucoup de lieux de désastres naturels dans le monde, mais rien de ce genre. L'ampleur de ce désastre est sans précédent, s’est exclamé M. Ban, appelant les donateurs à délier leurs bourses dans les plus brefs délais.

Un appel qui pour l’instant, n’est pas vraiment entendu. Il faut dire qu’il fait suite à d’autres demandes d'efforts massifs depuis le début de l’année, tout d’abord en faveur d’Haïti, victime d’un puissant séisme, ensuite pour l’ensemble du Sahel, frappé d'abord par la sècheresse, puis par les inondations.

Lundi, le vice-Premier ministre britannique, Nick Clegg, a qualifié la réaction au désastre de « lamentable ». Jusqu’à présent, Londres a fourni 26 millions de dollars en aide d’urgence au Pakistan. De son côté, le ministre des Affaires étrangères pakistanais Shah Mehmood Qureshi a déclaré que des responsables de l’Otan sont en contact avec Islamabad pour établir un pont aérien afin de livrer des secours au Pakistan. Toujours selon M.Qureshi, le Japon a également envoyé une équipe pour évaluer les besoins.

M. Qureshi doit assister jeudi à une session spéciale de l'Assemblée générale de l'ONU à New York consacrée aux inondations au Pakistan.

Les États-Unis ont dépêché sur place une vingtaine d’hélicoptères, dont quatre sont déjà sur place. Les appareils américains ont permis de sauver plus de 3.500 personnes et ont facilité la livraison de près de 200 tonnes de ravitaillement.

XS
SM
MD
LG