Liens d'accessibilité

Obama salue le projet de loi sur l’énergie et le climat


Le sénateur John Kerry a présenté le nouveau projet de loi sur l'énergie et le climat avec son collègue indépendant Joe Lieberman

Le sénateur John Kerry a présenté le nouveau projet de loi sur l'énergie et le climat avec son collègue indépendant Joe Lieberman

Selon lui, l’ « American Power Act » renforcera la production de pétrole et d’énergie nucléaire aux États-Unis tout en réduisant la production de gaz nocifs à effet de serre.

Le président Barack Obama a salué la présentation mercredi du texte de loi sur l'énergie et le climat qui, selon lui, renforcera la production de pétrole et d’énergie nucléaire aux États-Unis tout en réduisant la production de gaz nocifs à effet de serre. Si elle est adoptée, la loi, intitulée « American Power Act », permettrait de nouveaux forages de pétrole et de gaz au large des côtes du pays, mais instituerait une zone tampon d’environ 120 km où ils pourraient être interdits.

Après l'explosion de la plateforme Deepwater Horizon le 20 avril qui a provoqué une marée noire, les auteurs du projet de loi, le sénateur démocrate John Kerry, son collègue indépendant Joe Lieberman ont souhaité que les États côtiers disposent d'un droit de veto pour tout projet d'exploitation de cette zone tampon.
Le texte vise par ailleurs à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 17% d'ici à 2020 par rapport au niveau de 2005, et de 80% d’ici à 2050.

Certains républicains et représentants du secteur pétrolier ont déjà critiqué la mesure, dans laquelle ils voient une nouvelle tentative pour alourdir la fiscalité sur la production, ce qui pourrait à terme, disent-ils, la réduire, et peser sur l’économie. Mais Lindsey Graham, le seul sénateur républicain à avoir négocié avec MM. Kerry et Lieberman avant de se retirer au dernier moment, a indiqué qu’il est prêt à discuter de la loi, donnant l’espoir qu’elle bénéficiera à terme d’un certain soutien bipartite au Congrès.

Suite à la marée noire, l'administration Obama a suspendu les nouveaux forages dans le Golfe et plusieurs régions de côte de l'Atlantique dans l’attente des conclusions d’une enquête. Si à Capitol Hill, certains membres du Congrès recommandent une règlementation beaucoup plus stricte des forages en mer, ils devront néanmoins tenir compte du fait que ces forages ne sont pas rejetés par le public.

« Dans plusieurs sondages réalisés dans tout le pays depuis que cet incident s'est produit, la majorité d'Américains soutient vraiment toujours une production renforcée de pétrole et de gaz au large des côtes », a déclaré Sara Banaszak, économiste à l’Institut américain du pétrole. C’est du au fait notamment qu’alors que le chômage plafonne toujours aux alentours des 10%, nombre d’Américains comprennent que l’exploitation des ressources énergétiques nationales peut aider l’économie du pays.

Pourtant, Ken Medlock, expert sur les questions énergétiques à l’Institut Baker de l’Université Rice de Houston, voit les choses différemment. Il est probablement trop tôt, dit-il, pour mesurer l’impact de la marée noire sur les Américains. Même dans la région du Golfe du Mexique, les Américains sont divisés entre leur désir de protéger l’environnement, et les pressions économiques sur la région.

« Nous devons comprendre que, même s’il s’agit d’une question qui suscite des émotions, nous sommes très dépendants des ressources qui sont développées dans la région et nous devons vraiment comprendre ce qui est arrivé avant de prendre des mesures en réaction » affirme M. Medlock.

En fait, ajoute l’expert, toute l’industrie du pétrole se range derrière British Petroleum (BP), pour lui apporter son aide et son expertise, vu que tout le monde comprend que l’explosion est un problème sectoriel qu’il faut résoudre. Quant au reste, on attendra la fin de l’enquête pour juger, ajoute M. Medlock.

XS
SM
MD
LG