Liens d'accessibilité

Obama dénonce le meurtre de Foley par l'EI, qui « ne parle pour aucune religion »


L'Etat islamique « ne parle pour aucune religion » a estimé le président Barack Obama

L'Etat islamique « ne parle pour aucune religion » a estimé le président Barack Obama

Le président Barack Obama a condamné mercredi le meurtre par des djihadistes de l’Etat islamique (EI) du journaliste américain James Foley, évoquant un « cancer » dont les métastases doivent être éradiquées.

« Le monde entier est consterné par l'assassinat brutal de James Foley » a déclaré M. Obama, s’exprimant un jour après que les militants eurent diffusé une vidéo de son exécution. « Jim nous a été enlevé dans un acte de violence qui choque la conscience » de tous, a poursuivi le chef de l’exécutif, qui a dit avoir contacté la famille du journaliste pour présenter ses condoléances.

M. Obama a également promis que les Etats-Unis « continueront de faire le nécessaire pour protéger notre peuple ».

Plus tôt dans la journée, les responsables du renseignement avaient confirmé l'authenticité de la vidéo macabre, qui suit la mise à mort de James Wright Foley, et montre un deuxième otage, un journaliste américain, Steven Joel Sotloff.

M. Obama a également fustigé les agissements de l’EI. « Ils ont saccagé des villes et des villages - tuant des civils innocents et non armés dans des actes de violence lâches. Ils enlèvent les femmes et les enfants, et les soumettent à la torture, au viol et à l'esclavage. Ils ont tué des musulmans - sunnites et chiites - par milliers. Ils ciblent les chrétiens et les minorités religieuses, les enlevant de leur domicile, les tuant simplement parce qu’ils pratiquent une religion différente. Ils ont déclaré leur ambition de commettre un génocide contre un peuple ancien ».

L'Etat islamique « ne parle pour aucune religion » a estimé le président, en invitant les pays du Proche-Orient à agir. « Il doit y avoir un rejet clair de ce genre d'idéologies nihilistes. Nous pouvons tous convenir qu’un groupe comme l’EIIL (l’État islamique en Irak et au Levant) n'a pas sa place au 21e siècle ».

Mis à part M. Sotloff, l’EI retient en otage un certain nombre d'Occidentaux - des journalistes aussi bien que des travailleurs humanitaires. Autant de pions sur l’échiquier des djihadistes.

La Grande-Bretagne a déclaré qu'elle travaillera en étroite collaboration avec les États-Unis pour identifier et localiser l'homme figurant dans la vidéo diffusée par l’EI, qui tenait le couteau avant la décapitation de M. Foley, et qui semble avoir un accent britannique.

Selon les média, des djihadistes étrangers, et surtout britanniques, combattant pour l'EI ont été responsables de certaines des pires atrocités. Ils ont notamment participé cette année à l’exécution de prisonniers de guerre - des membres de l'armée syrienne qu'ils avaient capturés. Fin 2013, on avait signalé des kamikazes britanniques à Alep, en Syrie.

XS
SM
MD
LG