Liens d'accessibilité

Nigeria/violence: 5 étrangers retenus en otage sur un bateau


Photo d’archives (8 octobre 2015): Un jeune homme faisant la lessive à l’endroit où se trouvent des conduites de pétrole abandonnées dans le village de Yeneka dans la région du delta du Niger.

Photo d’archives (8 octobre 2015): Un jeune homme faisant la lessive à l’endroit où se trouvent des conduites de pétrole abandonnées dans le village de Yeneka dans la région du delta du Niger.

Les rapts de travailleurs étrangers et les détournement de bateaux sont généralement l'action de militants du delta du Niger, qui réclament une meilleure distribution des revenus du pétrole.

Cinq étrangers ont été pris en otage suite à l'attaque de leur bateau, un chimiquier, au large du Nigeria, a déclaré jeudi une entreprise de conseil en sécurité.

Le chimiquier Leon Dias a été attaqué le 29 janvier au large de Brass, dans le Sud pétrolier. Les assaillants ont quitté le bateau deux jours plus tard, emmenant avec eux deux Philippins, deux Russes et un Géorgien.

Un ancien militant séparatiste connu sous le nom de "General Ben" a fait la une des journaux nigérians après avoir revendiqué cet enlèvement et demandé la libération du leader indépendantiste biafrais Nnamdi Kanu, détenu depuis octobre dans l'attente d'un procès pour "trahison".

Mais selon les experts, ce genre d'attaques au large des côtes, très fréquentes dans le Sud pétrolier, ne sont pas liées au mouvement séparatiste qui réclame l'indépendance du Biafra, une région déshéritée du sud-est du Nigeria où le peuple igbo est majoritaire.

Les rapts de travailleurs étrangers et les détournement de bateaux sont plutôt l'action de militants du delta du Niger, qui réclament une meilleure distribution des revenus du pétrole.

"Il est très probable que l'attaque du Leon Dias ait été menée par d'anciens militants du Delta du Niger. Il est vraiment très peu probable que ceux-ci soient en lien avec les séparatistes biafrais", a déclaré à l'AFP Dirk Steffen, spécialiste des attaques maritimes pour l'entreprise danoise Risk Intelligence.

Selon M. Steffen, une rançon est en cours de négociation, et cela peut prendre entre deux et quatre semaines.

Madu Uchenna, du Mouvement pour l'actualisation de l'Etat souverain du Biafra (MASOB), a nié toute implication dans cette attaque.

"Nous ne sommes pas des criminels qui prennent les gens en otage pour une raison ou une autre", a-t-il affirmé à l'AFP.

Selon le Commodore Kabir Aliyu, porte-parole de la marine nigériane, le chimiquier se trouve en ce moment dans les eaux béninoises, "sous la surveillance de la marine de la République du Bénin".

Selon Risk Intelligence, au moins trois navires marchands ont été détournés dans cette région depuis le mois d'octobre.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG