Liens d'accessibilité

Un rappeur "tabassé par un diplomate russe" en Mongolie


Le président russe Vladimir Poutine, à droite, son homologue mongol, le président Elbegdorj Tsakhia, au milieu et un garde d'honneur en tenue traditionnelle à la place Genghis Khan à Oulan Bator en Mongolie, 3 septembre, 2014.

Un célèbre rappeur de Mongolie a été tabassé par un diplomate russe après avoir chanté avec une croix gammée -- un symbole traditionnel en Asie -- lors d'un concert, ont indiqué l'avocat du chanteur et la police.

Amarmandakh Sukhbaatar, connu sous le nom de "Amraa" et principal chanteur du groupe Khar Sarnai ("Rose noire"), était monté sur scène fin novembre dans la capitale Oulan Bator vêtu d'un costume traditionnel mongol, sur lequel était brodée une "svastika", un symbole religieux traditionnel.

Il a ensuite été sauvagement agressé par un diplomate russe, ont déclaré l'avocat et le père de la victime.

La svastika est à l'origine un symbole utilisé dans la religion hindouiste, que l'Allemagne nazie avait retourné et utilisé comme marque de reconnaissance. On la trouve fréquemment en Asie, notamment sur le fronton des temples bouddhistes, particulièrement en Chine et en Mongolie.

Le rappeur, ancien participant de "La Mongolie a un incroyable talent", est resté dans le coma pendant dix jours après l'attaque, a assuré son père Sevjidiin Sukhbaatar.

"Mon fils a été frappé plusieurs fois au visage avec un objet métallique. Son cerveau a été gravement touché", a-t-il déclaré.

Amraa, qui chante fréquemment l'histoire et la culture mongoles, porte souvent une croix gammée sur scène.

Mais le symbole est également utilisé par des groupes mongols d'extrême droite. L'avocat, le père et un membre du groupe du chanteur ont démenti les accusations portées sur les réseaux sociaux, selon lesquelles il avait crié "Heil Hitler" durant le concert.

L'avocat Gankhuugiin Batbayar s'est plaint de la lenteur de l'enquête et de la non-détention du suspect. "Il doit faire l'objet d'une enquête selon la loi mongole, peu importe son statut ou son immunité diplomatique."

Selon l'ambassade de Russie en Mongolie, les faits tels que présentés sur internet "ont été déformés, surtout en ce qui concerne la date, le nombre de participants et les circonstances de cet accident".

Un porte-parole de la police a confirmé à l'AFP qu'une enquête était en cours.

"Le suspect est un agent diplomatique russe et il n'a pas été maintenu en détention car la blessure n'est pas grave", a-t-il déclaré. "Il n'est pas vrai qu'il n'a pas été arrêté en raison de son immunité diplomatique."

Avec AFP

XS
SM
MD
LG