Liens d'accessibilité

CPI: réactions mitigées en Côte d’Ivoire suite à la comparution de Laurent Gbagbo


 Laurent Gbagbo (19 fév. 2013)

Laurent Gbagbo (19 fév. 2013)

Défendant sa cause, Jeudi, l'ancien leader ivoirien a assuré être un démocrate et un homme de paix.

Accusé de crimes contre l’humanité, l’ancien chef d’Etat ivoirien Laurent Gbagbo a pris la parole jeudi devant la Cour pénale internationale (CPI) lors de la dernière journée de l'audience de confirmation des charges pesant contre lui. Les Ivoiriens ont réagi diversement à ce discours.

C’est la première fois que M. Gbagbo s’exprimait publiquement depuis sa première comparution en décembre 2011 devant la même cour.

Jeudi, M. Gbagbo a défendu sa cause pendant un quart d’heure. Il a assuré être un démocrate et un homme de paix.

Appali Nadjé Lucien, 41 ans, est de l’ethnie Bété. Et comme l’ancien président, il est originaire de Gagnoa. Il trouve que M. Gbagbo s’est bien défendu. Mais il regrette que dans son discours d’un quart d’heure, l’ancien président n’ait pas eu une pensée pour les victimes, de tout bord, de la crise électorale.



Dans le fief de Laurent Gbagbo dans le quartier de Yopougon à Abidjan, l’intervention de l’ancien Président était très attendue.

Daniel Nemlin, 40 ans, affirme être un partisan de Laurent Gbagbo. Pour lui l’ancien président s’est défendu dignement. « Beaucoup d’entre nous pensaient à quelqu’un de vraiment fragilisé avec tout ce qu’il a subi. Mais ça a été vraiment un moment fort. On s’est cru encore dans nos grands meetings à Yopougon (…) où il venait nous entretenir ».

XS
SM
MD
LG