Liens d'accessibilité

Présidentielle américaine : Mitt Romney présente sa politique étrangère


Mitt Romney à Lexington, en Virginie

Mitt Romney à Lexington, en Virginie

Il a accusé le président Obama de ne pas avoir de stratégie internationale crédible et de laisser les Etats-Unis à la merci des événements au lieu d’en prendre le contrôle.

Le candidat républicain à la Maison-Blanche, Mitt Romne, a tracé, lundi, les grandes lignes de sa politique étrangère. S’exprimant à l’Académie militaire de Lexington en Virginie, a fait le tour des grandes questions de l’heure, critiquant notamment l’approche adoptée par le président Obama face à la situation au Moyen-Orient.

Mitt Romney a accusé le président Obama de ne pas avoir de stratégie internationale crédible et de laisser les Etats-Unis à la merci des événements au lieu d’en prendre le contrôle. « L’Amérique a une fière histoire de leadership mondial fort, confiant, et basé sur des principes. C’est l’Amérique sous son meilleur jour. Et c’est à cette aune que nous devons mesurer chaque président, et quiconque ambitionne de devenir président. Malheureusement, les politiques de ce président n’ont pas été à la hauteur de nos meilleurs exemples de leadership mondial », a déclaré Romney.

Mitt Romney et son épouse Ann en campagne à Port St. Lucie, en Floride

Mitt Romney et son épouse Ann en campagne à Port St. Lucie, en Floride

Le candidat républicain a fustigé la manière dont l’administration Obama a répondu à l’attaque contre le consulat américain de Benghazi, qui a coûté la vie à l’ambassadeur Chris Stevens et trois autres Américains.

Mitt Romney a, par ailleurs, dénoncé la politique américaine concernant la crise syrienne. Le président n’a pas réussi à faire preuve de leadership dans le cas de la Syrie, où plus de 30 000 hommes, femmes et enfants ont été massacrés par le régime Assad au cours des 20 derniers mois, a-t-il dit.

Le candidat républicain s’est engagé à s’assurer que les membres de l’opposition syrienne qui partagent les valeurs américaines obtiennent les armes nécessaires pour renverser le régime du président Assad.

Par ailleurs, il a dit qu’il avertira Téhéran que les Etats-Unis et leurs alliés mettront tout en œuvre pour empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire.

Mitt Romney a déclaré que la décision de l’administration Obama de retirer la totalité des troupes américaines d’Afghanistan à la fin 2012 est « un retrait politiquement programmé. » En ce qui concerne l’irak, il a parlé d’un « retrait abrupt » des forces américaines qui, selon lui, contribue à l’érosion des gains militaires américains par une « violence croissante, la résurgence d’al-Qaida, l’affaiblissement de la démocratie et l’augmentation de l’influence iranienne en Irak.

Mitt Romney à Fishersville, en Virginie

Mitt Romney à Fishersville, en Virginie

Le candidat républicain à la Maison-Blanche a fait savoir qu’il réaffirmera les liens historiques des Etats-Unis avec Israel, œuvrera à l’établissement d’un Etat palestinien qui coexistera pacifiquement avec l’Etat hébreu, de même qu’il accroîtra la coopération avec les pays partenaires des Etats-Unis dans la région du Golfe persique.

D’une manière générale, Mitt Romney a assuré que, s’il est élu, il procédera à une réorientation complète de la politique étrangère américaine en faisant de l’aide étrangère un moyen d’incitation à la bonne gouvernance et au libre-échange.
XS
SM
MD
LG