Liens d'accessibilité

1000 combattants du M23 s’échappent de leur camp en Ouganda


Des combattants M23 à Rugwerero, dans le district de Kisoro, 8 novembre 2013

Des combattants M23 à Rugwerero, dans le district de Kisoro, 8 novembre 2013

L’armée ougandaise a fait cette annonce mardi soir.

"Un millier de rebelles du M23 se sont échappés" du camp de Bihanga, à quelque 300 km au sud-ouest de Kampala, "expliquant craindre pour leur sécurité s'ils étaient rapatriés en RDC", a déclaré le porte-parole de l'armée ougandaise, le lieutenant-colonel Paddy Ankunda, sur le compte Twitter de l'armée.

Une opération était en cours mardi soir lors d'une opération qui devait aboutir à leur rapatriement en République démocratique du Congo (RDC), a annoncé l'armée ougandaise.

Le porte-parole de M23, M. Lawarence Kanyuka a confirmé la nouvelle à la VOA et a accusé le gouvernement congolais de vouloir procéder à un rapatriement forcé.

Dans un lettre au président angolais, Edouardo Dos Santos, président de la CIRGL, Bertrand Bisimwa explique "ce mardi 16 décembre 2014 vers 4h, des véhicules camions ont débarqué dans le camp de Bihanga pour procéder à l’embarquement forcé de nos anciens combattants et leur acheminement à l’aéroport d’Entebbe où des avions du Gouvernement congolais les attendaient pour les ramener en RDC.

Pour échapper à ce rapatriement forcé, nos anciens combattants ont choisi de se retirer sur les hauteurs qui surplombent le camp de Bihanga où ils restent camper jusqu’à ce moment. Certains d’entre eux sont grièvement blessés, nous ne sommes pas informés de la situation de nos malades qui ne pouvaient pas se déplacer."

Le president du M23 exprime sa "désapprobation avec cette manoeuvre frauduleuse et réfractaire au processus de paix."

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG